/investigations/health
Navigation

COVID-19: Québec achète d’urgence pour 730 000$ d’appareils respiratoires

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a conclu cinq contrats pour acheter d’urgence une vingtaine de nouveaux appareils respiratoires qui serviront au réseau de la santé dans sa lutte contre la COVID-19.  

• À lire aussi: COVID-19 : le prince Charles testé positif  

• À lire aussi: [EN DIRECT MERCREDI 25 MARS] Les derniers développements de la pandémie 

• À lire aussi: COVID-19 : le plan de relance adopté à Ottawa 

En fin de semaine, le premier ministre François Legault avait annoncé que des contrats étaient conclus pour plusieurs produits, dont des respirateurs mécaniques.   

«On compte sur des commandes, puis on ne prend pas de chance», avait-il dit.   

Des documents publiés ces derniers jours montrent que cinq transactions ont été effectuées, depuis le 14 mars, pour obtenir de nouveaux appareils respiratoires.   

ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, à QUB Radio:

Le coût total d’acquisition de 26 ventilateurs s’élève à près de 730 000 $, indiquent les documents. Ils sont destinés à l’Hôpital de Rouyn-Noranda et à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ). Les cinq contrats ont été conclus dans le cadre de transactions de gré à gré avec les fournisseurs.   

URGENCE SANITAIRE  

Selon les documents, les trois transactions du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue, pour l’hôpital de Rouyn-Noranda, ont été faites sans appel d’offres en vertu de nouvelles dispositions d’urgence.   

Un décret adopté par le gouvernement le 13 mars pour proclamer l’urgence sanitaire prévoit qu’il peut, «sans délai et formalité», «faire les dépenses et conclure les contrats qu’il juge nécessaires».   

L’IUCPQ a de son côté invoqué les dispositions d’urgence de la Loi sur les contrats des organismes publics (LCOP) pour l’achat sans appel d’offres de 10 ventilateurs. Un deuxième achat de cinq autres appareils a été conclu de gré à gré, car il était sous le seuil réglementaire pour un appel de soumissions.    

«Besoin urgent en lien avec la crise du coronavirus», peut-on lire dans les documents des deux transactions.   

La semaine dernière, le ministère de la Santé a indiqué que le réseau hospitalier québécois dispose actuellement de 3000 ventilateurs volumétriques.   

Le nombre d’appareils disponibles est crucial, dans le cadre de la pandémie actuelle. Les patients atteints de la COVID-19 peuvent souffrir de détresse respiratoire dans les cas de complications.   

M. Legault s’est montré rassurant, lundi, en abordant à nouveau la question des approvisionnements du réseau de la santé. Selon lui, les stocks de ventilateurs et de masques sont «confortables» actuellement.   

APPEL D’OFFRES  

Par ailleurs, un autre processus est en cours pour un achat allant jusqu’à 600 appareils respiratoires supplémentaires.   

Ces achats seront cependant faits dans le cadre d’un appel d’offres dont la date de clôture est ce vendredi.   

Selon le ministère de la Santé, cet appel aux fournisseurs n’a aucun lien avec la pandémie en cours. «Cet appel d’offres fait partie des activités normales en réapprovisionnement», a expliqué le porte-parole Robert Maranda.   

À LIRE AUSSI