/lifestyle
Navigation

10 secrets de tournage sur le film 1917

10 secrets de tournage sur le film 1917

Coup d'oeil sur cet article

En collaboration avec   



On a tous entendu parler du tour de force cinématographique qu’est le film 1917, mais comment un tel exploit a-t-il été réalisé?  

1917 se déroule durant la Première Guerre mondiale. Deux soldats anglais, les caporaux suppléants Schofield et Blake, se font donner une tâche impossible. Dans une course contre la montre, ils doivent traverser le terrain ennemi pour délivrer un message qui pourrait sauver la vie de 1600 autres soldats, dont le frère de Blake.       

Avec 10 nominations, dont 3 prix, aux Oscars de 2020, ce film est l’un qui a le plus fait parler dans les dernières années. Ceci est en grande partie grâce au fait que le film se déroule en temps réel, filmé en un seul long plan séquence.
  

Voici donc 10 secrets sur 1917 que vous ne saviez peut-être pas:  

1. Pour mettre l’emphase sur le sentiment d’urgence de la mission, le film se déroule en un seul plan-séquence. Puisque c’est pratiquement impossible de filmer sans arrêt pour des heures, une série de plans-séquences ont été collés les uns aux autres de façon invisible. Tentez de repérer les coupures cachées lorsque les personnages traversent une porte ou un rideau, entrent dans un bunker, ou lorsqu’un élément en premier plan obstrue notre vue.
  

2. Sam Mendes, le réalisateur, a été inspiré par son grand-père, Alfred H. Mendes, qui lui racontait toujours des anecdotes de son temps à la guerre. Alfred s’est enrôlé à 19 ans et, puisqu’il était petit, a obtenu la position de messager. En plus de ces histoires, Mendes a étudié les archives du Imperial War Museum de Londres pour finaliser l’histoire de 1917.      

3. Mendes a collaboré avec le directeur de la photographie Roger Deakins pour planifier assidûment les plans. Ce n’était pas leur première collaboration puisqu’ils ont travaillé ensemble sur des films comme Jarhead, Revolutionary Road (Les Noces rebelles) et 007 Skyfall. Ensemble, ils ont passé des mois à planifier et pratiquer les scènes pour voir combien de temps les acteurs prenaient à se rendre d’un endroit à un autre en disant leur dialogues. Voyant cela, ils pouvaient choisir si la caméra allait les suivre de derrière ou les précéder ou bien être proche ou loin, selon l’émotion.
  

4. Une caméra a dû être inventée pour ce 1917! Roger Deakins voulait l’image qu’offrait la Alexa LF, mais elle était trop massive. Le tournage nécessitait une caméra assez légère pour être passée d’un opérateur qui court dans les tranchées, à une voiture qui dévale les champs de bataille, pour finalement bien être accrochée à une grue qui survole un lac, par exemple. Deakins a donc commandé une version mini de cette caméra, et elle est arrivée juste à temps pour débuter le tournage!
  

5. Sam Mendes désirait des acteurs inconnus du public pour les rôles de Schofield et Blake. Vous allez peut-être reconnaître George MacKay pour des films comme Captain Fantastic (Une vie fantastique). Dean-Charles Chapman, qui joue Blake, est méconnaissable du temps où il faisait partie de la populaire série Game of Thrones (Le Trône de fer)! Il jouait nul autre que Tommen Baratheon, le plus jeune fils de Cersei Lannister. Tentez de repérer un autre acteur de cette série dans 1917!
  

6. MacKay et Chapman n’ont pas seulement dû pratiquer leurs scènes pendant 5 mois, ils ont aussi subi un entraînement physique intense. C’est lors desdites pratiques qu’ils ont réalisé que le fait d’être debout pendant des heures, mais aussi marcher et courir à répétition nécessitait d’être en bonne forme. Ils ont aussi dû apprendre comment être un soldat, comment saluer, comment se tenir, mais aussi tout sur leurs armes. Ils ont même appris comment s’orienter avec un compas!       

  

7. Pour les figurants, Mendes ne voulait pas créer une foule à l’ordinateur, il voulait engager de vrais hommes, comme à la guerre. 500 figurants ont donc suivi un camp d’entraînement qui inclut des tactiques de bataille et comment manier les armes. Ils devaient aussi être physiquement crédible, donc relativement jeunes et en bonne forme physique. La majorité ont aussi dû se faire pousser la moustache et les barbes étaient interdites.
  

8. Puisqu’il y a plusieurs moments où la caméra tourne autour des acteurs à 360°, il était impossible de cacher des lumières artificielles dans le décor. Roger Deakins devait donc se fier seulement à la lumière naturelle, surtout puisque la majorité du film se déroule à l’extérieur. Pour s’assurer que toutes les scènes soient identiques, ils ne pouvaient filmer que lorsque c’était nuageux. Cela voulait donc dire des longs moments passés à attendre que le soleil passe!
  

9. L’équipe de production s’est rendue en France pour visiter les tranchées qui existent toujours, ainsi qu’à No Man’s Land. Pour éviter de perturber les zones de bataille historiques, il n’a jamais été question de filmer en France. Puisqu’ils devaient creuser des tranchés, ils ne voulaient surtout pas risquer de déterrer des corps ou armes qui se trouvaient encore dans la terre depuis la guerre. Ils ont plutôt trouvé des terrains similaires en Angleterre et Écosse.       


10. Parmis les lieux de tournage qui ont été utilisés, on retrouve une ferme à Salisbury en Angleterre où les tunnels Allemands ont été recréés. No Man’s Land a été construit dans un aérodrome à Bovingdon en Angleterre, tout comme les tranchées Allemandes. Certains lieux plus complexes, comme le village français avec une église en feu, ont été créés de toute pièce dans dans les studios Shepperton à Middlesex.     

  


  

1917 est disponible dès maintenant chez Vidéotron. Bon visionnement!