/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

À 96 ans, elle est forcée de déménager dans un nouveau CHSLD

«C’est inhumain et stupide», déplore la famille

La femme de 96 ans a été transférée dans un nouveau CHSLD hier.
Photo Jean-François Desgagnés La femme de 96 ans a été transférée dans un nouveau CHSLD hier.

Coup d'oeil sur cet article

En pleine crise sanitaire et avec seulement 24 heures d’avis, une famille déplore d'avoir été forcée de déménager sa mère de 96 ans dans une nouvelle résidence pour personnes âgées.   

• À lire aussi: [EN DIRECT JEUDI 26 MARS] Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: À 30 ans, cet homme a bien cru que le virus finirait par le tuer  

• À lire aussi: Tout le monde n’aura pas droit à l’aide de 2000$ par mois   

«On est tous confinés, comment ils sont capables de transférer des gens comme ça?», s’insurge France Buteau. Mardi après-midi, cette dernière a appris via sa boîte vocale qu'il y avait une place disponible dans un nouveau CHSLD et qu'elle avait seulement 24 heures pour la prendre sinon elle la perdait.      

 «On est renversés, j’ai le cœur gros juste à y penser», a dit France Buteau avec émotion. Il y a quelques semaines, l’intervenante du CLSC et la famille avaient convenu que Mme Buteau, 96 ans, devait éventuellement être transférée vers une nouvelle résidence qui offre plus de services.    

La dame a depuis quelque temps de la difficulté à se lever et doit avoir de l’aide. «Elle a toute sa tête», tient cependant à dire sa fille. Puisque la condition de Mme Buteau est stable depuis plusieurs mois et en raison des règles de confinement des maisons pour aînés, la famille croyait que les intervenants auraient la sagesse de retarder le transfert.      

24 heures d’avis  

Or, l’annonce d’un déménagement à 24 heures d’avis a eu l’effet d’une bombe dans la famille. «On n'a tellement pas de temps pour lui faire assimiler tout ça», dit France Buteau.    

 «Le mécanisme [des transferts] n’a pas changé depuis la crise, c’est comme avant la COVID», a réagi le propriétaire de la résidence La Contemporaine du quartier des Châtels, Martin Pouliot. Il affirme même avoir accueilli de nouveaux résidents depuis le confinement.      

Le Journal s’est rendu à la résidence privée sur l’heure du midi, hier, au moment où France et sa sœur ont déménagé leur mère, quelques minutes seulement après lui avoir appris la nouvelle. «Elle pleure, qu’est-ce que vous voulez!» a réagi France.    

Sa sœur était visiblement irritée de la situation, «C’est fou», a-t-elle dit en entrant avec sa mère dans le transport adapté. «Autant je peux être contaminée que ma mère peut être contaminée», fait valoir France.    

 Les membres de la famille tiennent à dire qu’ils sont heureux de la nouvelle résidence de leur mère, qui sera maintenant à Sainte-Foy. Ils ne comprennent toutefois pas la précipitation en ce temps de crise. «C’est le timing et le peu de temps qu’ils nous donnent.»    

 «C’est inhumain et stupide», ajoute le conjoint de France. «On espère qu’il n’y aura pas de séquelles de tout ça», a complété France avant d’aller installer sa mère.    

Transferts «suspendus»  

Au cabinet de la ministre responsable des Aînés, on réitère que «les transferts de personnes entre CHSLD étaient suspendus à l’échelle du Québec». Il peut cependant y avoir des exceptions et l’attachée de presse de Marguerite Blais indique que le ministère s'en remet «au jugement clinique».    

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale indique qu'il encadre les résidences, mais que celles-ci ont leurs propres modalités d’admission.   

À VOIR AUSSI   

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.