/sports/racing
Navigation

«Ce serait un coup d’éclat»

Jacques Villeneuve souhaite la tenue du Grand Prix du Canada, mais...

2 ème  séance d' essais libre au circuit Gilles Villeneuve lors du Grand prix du Canada
Photo d'Archives, Ben Pelosse Jacques Villeneuve aimerait que la saison de F1 soit lancée à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

 De son domicile de la banlieue de Milan, Jacques Villeneuve est lui aussi contraint à l’isolement.

• À lire aussi: Les 500 Milles d'Indianapolis reportés au 23 août

« Nous sommes forcés de rester à la maison, alors on respecte les consignes », a dit le champion du monde de Formule 1 en 1997, en entrevue téléphonique au Journal.

S’il ne craint pas pour sa santé, Villeneuve reconnaît que l’Italie est actuellement l’épicentre de la COVID-19. 

« Il y a des milliers de cas ici, confirme-t-il, et c’est loin d’être fini. L’Italie a été le premier pays à mener des tests auprès de la majorité de sa population. Contrairement à bien d’autres nations, elle a vu venir la pandémie. Ce que nous vivons ici présentement, on va le vivre ailleurs. On le voit en Espagne et en France notamment.

« La prochaine étape, dans une très grande mesure, pourrait être l’Amérique. Je ne veux alarmer personne, mais la situation pourrait s’y aggraver si la tendance se maintient. »

L’impasse sur l’Australie 

Analyste de F1 à la télé française, Villeneuve et toute l’équipe de commentateurs de Canal+ ont pris la sage décision d’annuler leur long périple vers l’Australie six jours avant la date prévue (15 mars) de la course.

Et ce, en ne sachant pas d’avance que l’épreuve n’aurait pas lieu. En fait, les organisateurs du Grand Prix à Melbourne n’ont empêché les spectateurs d’entrer sur le site que le vendredi matin, à peine quelque deux heures avant le début des essais libres.

Les huit premières étapes de la saison ont été, jusqu’à présent, reportées ou même annulées en F1.

La neuvième épreuve, le Grand Prix du Canada, est toujours maintenue au calendrier pour le 14 juin. Au rythme où vont les choses, son report est toutefois de plus en plus probable.

Les autorités de la F1 ont fait savoir, en début de semaine, que d’autres courses pourraient être décalées dans une décision qui serait rendue entre le 12 avril et le 1er mai.

Au tour du Indy 500

On a appris, jeudi après-midi, que la Classique des 500 Milles d’Indianapolis (IndyCar) avait été déplacée du 24 mai au 23 août. 

Cet autre report est peut-être un indice clair que le Grand Prix du Canada ne sera pas disputé à la date initialement fixée. Mais bon, Villeneuve souhaite que le grand cirque de la F1 fasse sa première escale à Montréal.

« Ce serait un coup d’éclat pour Montréal, dit celui qui célébrera son 49e anniversaire de naissance le 9 avril. Rendus en juin, les amateurs de F1, pas seulement à Montréal, mais partout dans le monde, seront impatients de voir enfin une course.

« À Montréal, le Grand Prix marque le début de l’été, enchaîne-t-il. C’est un bel événement très attendu à chaque année. C’est la fête partout en ville. »

Mais il y a un sérieux doute, vous en conviendrez. 

« Le Canada est en retard sur le virus, de poursuivre Villeneuve. J’ai peine à croire qu’il [le GP] aura lieu le 14 juin. La bonne nouvelle, c’est que le montage peut être retardé. Il est moins complexe qu’à Bakou ou à Monaco. »