/world/pacificasia
Navigation

Chine : même sans bouclage, la peur demeure dans le berceau du virus

Chine : même sans bouclage, la peur demeure dans le berceau du virus
AFP

Coup d'oeil sur cet article

« Toujours dangereux » : après deux mois de bouclage pour cause de coronavirus, les restrictions sont progressivement levées dans la région chinoise où est apparue la pandémie, mais la peur reste présente chez les habitants. 

• À lire aussi: [EN DIRECT JEUDI 26 MARS] Les derniers développements de la pandémie

• À lire aussi: [EN DIRECT] Justin Trudeau met en garde contre une arnaque par texto

La vie revient petit à petit au Hubei, la province placée de facto en quarantaine fin janvier avec ses plus de 50 millions d’habitants.  

Mais le retour à la normale est encore loin à Huanggang, une des villes les plus touchées par l’épidémie, même si ses 7,5 millions d’habitants sont de nouveau autorisés à se déplacer, y compris à l’extérieur de la province depuis mercredi.  

Dans une rue commerçante ornée de lanternes rouges, une armée de livreurs patiente pour récupérer des commandes devant des restaurants. Mais les clients se font rares et n’ont de toute façon pas le droit de manger à l’intérieur.   

Une vendeuse de crêpes rencontrée jeudi par l’AFP explique sous couvert d’anonymat qu’elle reprend le travail après plus de deux mois de confinement.  

« Je me sens plus libre » de pouvoir sortir de la maison, affirme-t-elle, tout en regrettant que les affaires ne soient « pas aussi bonnes qu’avant ».  

Chen Wenjun, une pharmacienne de 22 ans, reprend quant à elle goût aux sorties. Masque sur le visage, elle reste toutefois sur ses gardes.  

« Même si beaucoup de choses sont rouvertes, on doit encore faire attention », explique la jeune femme, accompagnée de deux amis près d’un étal de nourriture.  

Chine : même sans bouclage, la peur demeure dans le berceau du virus
AFP

Hôpital désert

Huanggang est située juste au sud-est de Wuhan, la capitale provinciale qui compte le plus grand nombre de morts du Covid-19 (plus de 2500).   

Au bord d’une route, un hôpital de fortune désormais fermé vient rappeler que cette métropole sort d’une période sombre.  

La construction du Centre médical Dabieshan n’était pas encore achevée lorsque l’épidémie a éclaté. Mais les murs ont rapidement été terminés et du matériel a été installé pour faire face à l’afflux de malades.  

Les derniers patients sont sortis la semaine dernière. L’hôpital est dorénavant sombre et désert.  

Des journalistes de l’AFP ont vu des équipements de protection usagés gisant sur le sol, des couettes et des flacons abandonnés à côté de lits dans des salles vides.  

L’électricité a été coupée après le départ des derniers malades du Covid-19, explique Du Zhiqiang, le responsable chargé de la construction de l’hôpital.  

L’épidémie désormais endiguée, le chantier a repris cette semaine, dit-il à l’AFP.  

Mais l’activité tourne encore au ralenti ailleurs dans la ville.  

La plupart des hôtels demeurent fermés et seule une poignée reçoit un nombre limité de clients. Dans les rues, de nombreux avertissements rappellent que l’épidémie n’est pas finie.  

Chine : même sans bouclage, la peur demeure dans le berceau du virus
AFP

Le virus « amoureux »

« Se rassembler pour jouer aux cartes est un suicide », prévient une banderole rouge accrochée le long d’une rue, évoquant une activité très prisée des retraités en Chine.  

« Si vous ne portez pas de masque, le virus va tomber amoureux de vous », peut-on lire sur un autre message.  

Depuis l’apparition du Covid-19 en décembre dans le Hubei, près de 3000 personnes ont été contaminées à Huanggang et 125 en sont mortes, selon les autorités.  

Profitant de la levée des restrictions aux déplacements, de nombreux habitants tentent leur chance pour quitter l’agglomération ou la province. Ceux de Wuhan, où le nouveau coronavirus est apparu fin 2019, devront encore patienter jusqu’au 8 avril.  

À la gare, des agents ordonnent aux passagers de ne pas se tenir trop près les uns des autres. Mais certaines salles d’attente sont pleines à craquer.  

Des journalistes de l’AFP ont pu sortir de la gare mais seulement après avoir recouvert leur masque de protection d’un second masque chirurgical, sur ordre de la police ferroviaire.  

En dépit d’une amélioration, la situation à Huanggang est « toujours dangereuse », s’est justifié un agent.