/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Pandémie de COVID-19: effort de guerre chez un fabricant de lits d’hôpitaux

Pandémie de COVID-19: effort de guerre chez un fabricant de lits d’hôpitaux

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-DU-FEBVRE | Les employés d’une usine qui fabrique des lits d’hôpitaux au Centre-du-Québec mettent les bouchées doubles, tandis que la demande mondiale explose à cause de la pandémie de COVID-19.

Le téléphone de Rotec International à Baie-du-Febvre au Centre-du-Québec n’arrête pas de sonner. Des appels en provenance de l’Italie, des États-Unis, mais aussi de la Nouvelle-Zélande et d’Australie. L’entreprise ne peut pas dire oui à tout le monde.

«Actuellement, je pourrais multiplier ma production par 20, et je ne fournirais pas à la demande», explique le président-directeur général Miguel Valero.

Rotec International produit des lits d’hôpitaux standards, mais se spécialise dans les lits destinés aux personnes obèses, qui sont plus larges et plus robustes.

Doublé la production

Les deux usines de Baie-du-Febvre ont déjà doublé leur production de lits depuis le début de la crise de la COVID-19. M Valero ne désire toutefois pas préciser le nombre produits par année, se limitant à «des milliers de lits».

Il réfléchit maintenant à la possibilité d’ajouter un troisième quart de travail, ce qui impliquerait l’embauche de quelques dizaines de personnes de plus.

«Il y a deux semaines, on avait de la difficulté à trouver des bons employés. Mais là, avec toutes les mises à pieds et les fermetures d’usines, on a beaucoup de candidatures. De très bons candidats», poursuit l’homme d’affaires.

Il a par ailleurs offert une prime à ses employés qui travaillent plus forts que jamais. Considéré comme un service essentiel, Rotec n'a pas été contraint de fermer ses portes en raison de la pandémie. 

Québec

Rotec International vend différents types de lit au Québec, notamment au niveau des soins longue durée et des lits bariatriques, mais pas de lits d’hôpitaux standards. C’est plutôt l’entreprise Umano Medical à l’Islet dans Chaudière-Appalaches, qui a ce contrat avec le gouvernement.

Toutefois, si Umano Medical en arrivait à manquer de bras, Rotec serait ouvert à sauter sur la glace.

«Ce qu’on veut, c’est prioriser le Québec. Ce n’est pas compliqué. On vient d’ici et on veut faire partie de l’effort collectif», poursuit M Valero.

Le besoin ne se fait pas sentir pour le moment, selon président d’Umano Medical, Christian Cariou.     

«Pour l’instant, on répond à la demande du gouvernement du Québec», indique-t-il. 

Eux aussi ont dû doubler leur production et engager des gens.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.