/entertainment/music
Navigation

Steve Barakatt en confinement

Le pianiste a choisi de s’isoler au Liban

Steve Barakatt
Photo courtoisie, Whalid Ghandour Le compositeur et pianiste Steve Barakatt est confiné à Beyrouth au Liban en raison de la pandémie qui frappe la planète.

Coup d'oeil sur cet article

Au Liban depuis le 19 février pour un projet musical, le compositeur et pianiste Steve Barakatt a choisi, en situation de pandémie, de demeurer dans le pays de ses origines familiales.

Le musicien québécois est là-bas pour préparer le dévoilement d’un hymne qu’il a composé pour le 100e anniversaire de ce pays du Proche-Orient.

Les aéroports, les restaurants et les commerces ont fermé très rapidement et il est en confinement au centre-ville de Beyrouth.

« J’ai encore des choses à faire ici. Je ne voulais pas revenir à Québec et risquer d’infecter ma famille. C’était la meilleure solution », a lancé celui qui devait rentrer, lundi, à la maison.

Avec ses voyages et les spectacles un peu partout sur la planète, Steve Barakatt est habitué à être loin des siens.

« J’avoue toutefois que ce sont des conditions particulières. Je suis très bien ici et je me sens en sécurité », a-t-il fait remarquer, ajoutant qu’il s’attendait à un séjour de plusieurs semaines.

Le compositeur et pianiste a écrit un hymne intitulé Motherland qui sera dévoilé à l’automne lors d’un événement qui soulignera le lancement du 100e anniversaire du Liban. Il était là-bas pour finaliser la date du lancement de son œuvre.

« C’est un mélange de musiques orientales enregistré avec des musiciens libanais et l’Orchestre philharmonique de Prague », a-t-il indiqué, précisant que c’est la première fois qu’il écrivait un hymne pour un pays. 

Se prendre en main

Le Liban, avec une crise économique et politique, vit des moments assez difficiles.

« C’est, avec cette pandémie, la crise dans la crise et c’est très spécial de vivre ça dans mon pays d’origine. Les gens ont vécu beaucoup de crises et ça se voit. Il y a une belle sagesse, malgré tous les problèmes, et ça me fait voir les choses différemment. », a-t-il précisé.

Steve Barakatt précise qu’il est rare que l’on se retrouve dans une même situation à l’échelle planétaire. 

« C’est un moment important de réflexion. C’est très encourageant avec ce qui se passe en Chine, où des mesures hors normes ont été prises, où le gros de la crise semble être passé. Il faut se prendre en main. On fait face à un problème majeur », a-t-il laissé tomber.