/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Une dizaine de cas à la Direction de santé publique de l'Estrie

Coup d'oeil sur cet article

Une dizaine de membres d’une même équipe affectés aux enquêtes épidémiologiques de la Direction de santé publique de l'Estrie sont atteints de la COVID-19.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: Les Montréalais doivent éviter le Centre-Ouest de l’île  

« On parle d’une dizaine de personnes. Ce sont des gens qui faisaient des enquêtes épidémiologiques par téléphone. Ils appelaient les patients qui ont reçu un test positif, a précisé en début de soirée Annie-Andrée Emond, porte-parole du CIUSSS de l'Estrie – CHUS, après que la nouvelle a été propagée. Comme ils ont travaillé alors qu’ils étaient asymptomatiques, ils ont vraisemblablement contaminé leurs collègues. »  

Ces employés n’œuvraient pas nécessairement dans le même bureau, mais dans le même édifice, nous dit-on.  

Le nombre élevé de rencontres à l’interne, encore plus particulièrement dans le domaine de la santé en ce contexte de pandémie, pourrait expliquer la propagation rapide, selon Mme Emond.  

« Quand on parle de distanciation sociale, et qu’il faut s’isoler, c’est malheureusement un exemple d’une situation [inverse] qui est survenue », a-t-elle admis.  

La Direction de santé publique (DSP) de l’Estrie assure avoir rapidement réaménagé les bureaux de l’édifice « afin que tout le monde puisse travailler en pratiquant la distanciation sociale.  

« On peut vous assurer qu’il n’y a pas un bureau à moins de deux mètres l’un de l’autre, et les employés sont masqués », a poursuivi la porte-parole.  

Quant aux employés infectés, ils ont évidemment été envoyés à la maison.  

Selon les informations que la DSP de l’Estrie a pu recueillir, ceux-ci ne revenaient pas de voyage. Leurs cas sont considérés comme des transmissions communautaires du virus.  

Les enquêtes épidémiologiques se poursuivent selon ces mesures de protection. Cette situation n’aura entraîné aucun bris de service.  

« Et la bonne nouvelle, c’est que comme ces gens travaillaient par téléphone, aucun usager n’a été mis en contact avec eux », a conclu Annie-Andrée Emond.  

Le directeur de santé publique de la région, le Dr Alain Poirier, est quant à lui considéré comme un «contact asymptomatique» et n'accordera plus d'entrevue « en personne » aux médias pour un certain temps, par mesure de précaution.   

Avec 187 cas confirmés de COVID-19, l'Estrie est la deuxième région la plus touchée par l'épidémie après Montréal.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.