/sports/hockey
Navigation

La «menace Romanov» guette deux arrières du CH

Alexander Romanov
Photo d'archives AFP Alexander Romanov

Coup d'oeil sur cet article

«Je l’ai observé lors du championnat mondial junior [de 2019]. Il a l’air de tout un défenseur.»

• À lire aussi: Alexander Romanov : aucune discussion avec le CH

• À lire aussi: Ça ne s'améliore pas pour Alexander Romanov

Brett Kulak est bien conscient qu’avec l’arrivée probable du jeune Alexander Romanov dans le giron du Canadien de Montréal en 2020-2021, il devra livrer la marchandise lors du prochain camp d’entraînement.

«Je devrai amener mon jeu à un autre niveau pour gagner la lutte, a-t-il reconnu lors d’un entretien avec le journaliste de Sportsnet Eric Engels. Ce n’est pas différent de ce qui est survenu lorsqu'est débarqué Ben Chiarot, qui s’est fait confier beaucoup de temps de jeu.»

Kulak, 26 ans, s’était avéré une agréable surprise en 2018-2019, mais il a connu une baisse de régime l’année suivante. Toutefois, devoir faire ses preuves n’est rien de nouveau pour celui qui a dû gagner ses épaulettes avec les Flames de Calgary.

Et il n’est pas le seul arrière gaucher à se retrouver dans cette situation à Montréal : la place de Victor Mete dans la formation sera également en péril, particulièrement si le directeur général de l’équipe, Marc Bergevin, décide d’aller chercher du renfort en défensive lors de la saison morte – une période qui reste à déterminer en raison de la pandémie de coronavirus.

Rappelons que, lors d’une entrevue avec Mathias Brunet, Bergevin a indiqué qu’il s’attendait à voir Romanov commencer la prochaine saison au sein de la troisième paire.

«Je devrai travailler encore plus fort, a admis Mete à Sportsnet. Il y a au moins un gars de plus que je devrai battre au camp d’entraînement.»

Cela dit, le petit défenseur est satisfait du progrès qu’il a réalisé au cours de la dernière campagne – dont le dénouement demeure en suspens.

«Cette année, j’avais l’impression d’être supérieur dans tous les aspects de mon jeu», a-t-il confié.

«Je suis encore très jeune [21 ans] et je peux encore m’améliorer considérablement», estime le choix de quatrième tour en 2016.

L’ancien des Knights de London a disputé son dernier match le 18 février dernier contre les Red Wings de Detroit, lui qui se remet encore d’une fracture du pied gauche. Cet été, il a encore l’intention de prendre du coffre, en plus de travailler avec le spécialiste Tim Turk, qui l’a aidé à améliorer son tir au cours de la dernière pause estivale.

Toujours à la recherche d’un premier but dans la Ligue nationale de hockey après ses deux premières saisons, Mete a secoué sa léthargie en 2019-2020, touchant la cible quatre fois.