/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Éclosion de la Covid-19 dans la communauté juive orthodoxe de Boisbriand

Coup d'oeil sur cet article

La communauté juive orthodoxe Tosh de Boisbriand, dans les Laurentides, fait face à une éclosion de COVID-19 parmi ses membres et elle a pris dimanche des mesures musclées pour l’endiguer.

Quatorze hassidiques ont été déclarés positifs pour ce coronavirus, parmi les 32 qui ont reçu un résultat, a précisé par téléphone Issac Weiss, un responsable de cette communauté. Mais le bilan devrait être bien plus lourd, car une soixantaine d’autres juifs de cette communauté attendait toujours les résultats. Personne n’avait toutefois été hospitalisé pour cette maladie.

Comptant environ 4000 personnes, cette communauté a donc décidé dimanche de mettre en confinement tout le quartier où elle est regroupée, qui se trouve dans un secteur distinct du reste de Boisbriand, au nord de Montréal.

«Si vous vivez ici, vous ne pouvez pas sortir, sauf pour ceux qui travaillent dans un secteur vital ou qui ont une raison essentielle», a précisé M. Weiss qui est ambulancier et un des responsables du service de sécurité de cette communauté.

Un point d’entrée pour accéder à ce quartier a été fermé, tandis qu’un barrage a été érigé à l’autre pour s’assurer que ces mesures soient respectées. L’aide de la police de Boisbriand a été requise.

Récalcitrants

Ce confinement forcé a été imposé parce que des récalcitrants n’ont pas assez fait attention, malgré de nombreux appels en ce sens de la part de rabbins et de leaders de la communauté depuis plus de deux semaines.

«Comme ailleurs, il y a un certain pourcentage de gens qui sont en déni, qui pensent que la situation n’est pas sérieuse», a précisé Issac Weiss.

Il mentionne aussi que plusieurs de ses concitoyens ont été pris de cours face à cette épidémie.

«Il faut comprendre que la vaste majorité des gens de notre communauté ne sont pas sur les médias sociaux et que peu de familles ont la télévision», a-t-il ajouté

Pourim

C’est la célébration d’une des fêtes juives les plus populaires qui est maintenant en train de causer beaucoup d’anxiété à Boisbriand.

De nombreux membres de Tosh ont été visiter de la famille à New York pour la fête de Pourim les 9 et 10 mars dernier. Or, la métropole américaine est un des foyers d’infection de la COVID-19 aux États-Unis. Ces juifs ont donc ramené le virus chez eux à la suite de ce voyage.

Puisque les familles sont très nombreuses, qu’elles se côtoient dans des synagogues ou pour d’autres événements, le virus était en terrain fertile pour se propager.

Des mesures pour imposer la distanciation sociale ont depuis été instaurées dans la communauté. Les écoles et les synagogues sont fermées. Des services de livraison de nourriture et de repas ont été organisés. Des bénévoles sont à l’œuvre pour aider ceux dans le besoin.

De plus, les rabbins ont assoupli les règles religieuses pour que leurs ouailles respectent les consignes.

«C’est particulièrement dur pour nous parce que nous sommes avant la Pessa'h [la Pâque juive]. Les gens font leur ménage du printemps et préparent des plats traditionnels pour cette fête», a expliqué Issac Weiss.

D’autres hassidiques

Ce n’est pas la première communauté juive à être touchée par la COVID-19.

Les juifs hassidiques d’Outremont ont vu un des leurs être emporté par cette maladie.

La victime, un homme âgé de 67 ans, aurait succombé seulement en trois jours.

Aussi sur l’île de Montréal, les municipalités de Côte-Saint-Luc et Hampstead, qui comptent une proportion importante de juifs, ont été durement touchées par ce virus.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.