/news/health
Navigation

COVID-19 : Des mesures «plus strictes» pour les récalcitrants à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La Ville de Montréal a demandé à ses policiers de distribuer des constats d’infraction et de serrer la vis aux «récalcitrants» qui refusent de respecter les directives de la Santé publique.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

Avec plus de 1300 cas de COVID-19 dans la métropole, la Ville a annoncé dimanche qu’elle prendrait des moyens plus musclés pour faire respecter les mesures sanitaires.   

Les patrouilleurs intensifieront leur vigie dans les quartiers pour s’assurer du respect de la distanciation sociale dans les lieux publics, de la fermeture des commerces jugés non essentiels et des ordonnances d’isolement. En cas de non-respect des consignes, le policier aura le pouvoir de faire un rapport d'infraction et de donner une contravention, par exemple à un groupe de personnes refusant de se disperser.   

  • Sylvain Caron, directeur du Service de police de la ville de Montréal, était de passage à l'émission Dutrizac afin de faire le point sur la situation:

«J'encourage les citoyens à nous dénoncer [au 911] des situations anormales qu'ils vivent dans leurs quartiers», a mentionné le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Sylvain Caron.   

Le personnel du SPVM est presque doublé pour répondre aux demandes de la Santé publique et des équipes spéciales sont dans les postes de quartier pour répondre aux nombreux appels de la population.   

Le SPVM ne souhaite pas un climat de délation, mais bien que les situations anormales soient signalées, selon M. Caron. «On ne veut pas que les citoyens se transforment en patrouilleurs, ce n'est pas du tout l'intention», a ajouté la mairesse de Montréal Valérie Plante, qui estime que la majorité des citoyens respectent les règles.   

Partout sur l’île   

La plupart des cas de coronavirus sont concentrés dans les quartiers centraux de Montréal, mais la transmission communautaire s’observe maintenant à la grandeur de l'île, a confirmé dimanche la directrice de la Santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin.   

Les secteurs les plus touchés sont Côte-Saint-Luc, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Rosemont–La Petite-Patrie, Le Plateau-Mont-Royal, Ville-Marie et LaSalle. On recense plus de 50 cas dans chacun de ces territoires.   

Dans des quartiers plus périphériques, on observe une pente ascendante: c’est le cas à Ahuntsic, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies–Pointes-aux-Trembles et Villeray.   

  

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

  

Au total, y a maintenant 1361 cas de COVID-19 à Montréal, soit 146 nouveaux cas depuis les 24 dernières heures. On retrouve 83 personnes hospitalisées, 13 personnes aux soins intensifs et on recense six décès.   

Malgré cela, la Ville n’est pas en train de fermer les ponts pour isoler la métropole, ni de mettre des barricades dans certains quartiers, a assuré la Dre Drouin. Il n’est pas question pour le moment de limiter les déplacements à l’intérieur de Montréal, ni avec les villes avoisinantes.   

Des statistiques sur les cas dans chaque quartier seront rendues publiques lundi.   

Sur la glace   

Par ailleurs, la Santé publique de Montréal a décidé de mettre sur la glace, pour l’instant, des mesures comme l’interdiction pour les Montréalais de faire de la course à pied à plus d’un kilomètre de leur domicile ou la limitation du nombre de personnes d'un même foyer qui peuvent sortir faire les emplettes.   

Selon des documents que nous avons consultés, ces mesures plus musclées étaient en préparation vendredi et la Santé publique avait prévu une annonce dès le lendemain.   

Mais les nouvelles relativement bonnes survenues dans les heures suivantes, dont un nombre de nouveaux cas moins élevé que prévu, ont changé les plans et des mesures moins coercitives ont finalement été annoncées.   

Il n’est toutefois pas exclu que Montréal serre la vis davantage dans les prochains jours, selon nos informations, compte tenu que la situation évolue d’heure en heure.   

- Avec la collaboration de Jean-Louis Fortin, Journal de Montréal  

À voir aussi