/weekend
Navigation

Mon fils: faire oeuvre utile

Antoine L'Écuyer dans la série Mon fils de Club Illico/Eric Myre
Photo courtoisie, Eric Myre Antoine L’Écuyer se glisse dans la peau d’un jeune qui souffre de schizophrénie.

Coup d'oeil sur cet article

Certaines séries divertissent. D’autres nous plongent au cœur d’un suspense. D’autres font en quelque sorte, à travers la fiction, œuvre utile. C’est le cas de Mon fils, nouveau projet des auteurs Michel D’Astous et Anne Boyer présenté depuis deux semaines sur Club illico.  

Michel D’Astous, rencontré il y a quelques semaines, était d’ailleurs très fier de cette série qui nous transporte dans le quotidien de Jacob, un jeune homme de 18 ans dont la vie bascule lorsqu’il se met à avoir des hallucinations et à entendre des voix. Alors que les épisodes psychotiques se multiplient, Jacob devra accepter sa nouvelle réalité : vivre avec la schizophrénie.  

Antoine L'Écuyer dans la série Mon fils de Club Illico/Eric Myre
Photo courtoisie, Eric Myre

Mon fils, c’est l’histoire de Jacob (Antoine L’Écuyer), des premiers symptômes à sa chute, mais aussi de sa reconstruction. C’est aussi l’histoire d’une famille, et surtout d’une mère (Élise Guilbault), face à l’impuissance qu’entraîne la maladie mentale. Pour assurer le réalisme de cette situation peu connue et rarement démontrée, les auteurs ont fait appel à des spécialistes en santé mentale. Pierre Pariseau-Legault, infirmier clinicien et professeur à l’Université du Québec en Outaouais, a été un complice de la première heure qui a suivi le projet à chacune de ses étapes.  

Élise Guilbault incarne la mère de Jacob.
Photo courtoisie, Eric Myre
Élise Guilbault incarne la mère de Jacob.

« J’ai été impliqué dès le début du processus de défrichage jusqu’à la relecture de l’ensemble des scénarios, explique-t-il. Toute l’équipe a fait preuve de beaucoup d’ouverture et d’humilité. » Il a notamment veillé à la crédibilité de tous les aspects évoquant l’organisation des services, il a fait le ménage dans le jargon médical et s’est assuré d’éviter la stigmatisation. Tout ça, en gardant à l’esprit l’intérêt pour le public. 

Entre fiction et documentaire 

« La série présente un juste équilibre entre la dramatique et le documentaire, poursuit Pierre Pariseau-Legault. Les auteurs ont fait un grand travail d’exploration. » Mon fils reproduit la trajectoire des soins comme on ne l’a jamais abordée. En six épisodes, on passe des premiers symptômes aux soins donnés dans un hôpital psychiatrique, aux ressources pour la famille. 

« Nous avons tous le même objectif, le patient, les parents et les intervenants, note M. Pariseau-Legault. Dans la pratique contemporaine, le patient confirme son pouvoir d’action sur sa propre vie. On le voit bien dans la série. Ça entraîne des enjeux en matière de droits humains. Il y a plein de nuances dans l’espace relationnel qu’on a essayé de décrire. » On le voit notamment dans une scène où, en cour, la mère doit témoigner contre son fils qui refuse de prendre ses médicaments, fuyant le diagnostic. 

Luc Senay incarne le psychiatre de Jacob.
Photo courtoisie, Eric Myre
Luc Senay incarne le psychiatre de Jacob.

« Comme professionnel, je me suis laissé prendre par le réalisme de la réalisation et le talent incroyable des interprètes. Ces histoires-là ne commencent pas dans les hôpitaux, mais bien dans les domiciles. On entend rarement l’histoire des parents. Quand le personnage de la mère dit “On a tous échoué”, ça évoque beaucoup. » 

Illustrer la schizophrénie  

Le défi avec une intrigue centrée sur la santé mentale est de ne pas tomber dans la caricature et de la rendre palpable aux yeux des téléspectateurs. Parmi les autres professionnels qui ont contribué à la série, le psychiatre et professeur à la faculté de médecine de l’Université de Montréal, Pierre Lalonde, a conseillé l’acteur Antoine L’Écuyer, qui avait la délicate tâche d’incarner Jacob. Dans le passé, M. Lalonde avait aussi coaché Mario St-Amand lorsqu’il a eu à jouer un personnage de schizophrène dans un épisode de L’Amour avec un grand A, L’amour c’est pas assez, de Janette Bertrand. 

« Quand on pense à la schizophrénie, on pense à des gens très démonstratifs et violents, ce qui n’est pas le cas, observe Pierre Lalonde. La schizophrénie ne se voit pas de l’extérieur. Antoine avait à véhiculer l’intensité, la souffrance, la terreur, l’angoisse, de l’intérieur. Il est venu à l’hôpital rencontrer des patients avec lesquels il a pu parler, il m’a aussi envoyé quelques extraits du scénario sur lesquels il avait des doutes par rapport à son interprétation. La série montre les vraies difficultés. » 

Antoine L'Écuyer dans la série Mon fils de Club Illico/Eric Myre
Photo courtoisie, Eric Myre

Baisse de résultats scolaires, manque d’hygiène, désorganisation sont des symptômes qui auraient pu être difficiles à rendre en ondes, mais qui sont bien abordés. « Jacob se cache sous son capuchon, il ne veut pas être remarqué, il entend des voix qui parlent dans son dos, c’est un symptôme très fréquent. Il a des hallucinations. Jacob, ce sont des loups, habituellement, les patients ont tendance à voir des personnes déformées. Quand il met ses écouteurs, c’est pour atténuer tout ça », énumère le docteur Lalonde, qui a ouvert la première clinique francophone pour jeunes schizophrènes dans les années 80. 

« Je suis heureux que la fin soit lumineuse. Le suicide est abordé, et c’est une réalité, mais comme on le mentionne dans la série, plus on intervient tôt avec le traitement, meilleurs sont les pronostics. Jacob le dit bien : j’en ai pour longtemps, mais je ne pense pas que je vais revenir comme avant. Mais c’est possible en s’abstenant des drogues et en prenant bien les médicaments. » 

Le droit d’en parler 

Une série comme Mon fils peut avoir de l’impact sur notre société, comme le confirme le professeur Pierre Pariseau-Legault. La santé mentale étant encore un sujet tabou. « Ça peut amener des changements, ouvrir le dialogue, crever l’abcès et intégrer des outils de formation. C’est une série fondamentale et pertinente. »  

Outre le parcours de Jacob, celui des parents qui se battent pour les soins, du fardeau que la maladie peut entraîner sur la cellule familiale, de l’opposition qui peut s’installer entre parent et enfants sont aussi abordés dans la série. « Les patients se rétablissent au contact des gens qui les supportent, conclut M. Pariseau-Legault. » Et ce rétablissement est heureusement possible. 


Mon fils, disponible sur Club illico. 

La santé mentale dans les fictions 

Voici trois séries qui ont récemment abordé une question de santé mentale et son impact au quotidien : 

Cerebrum 

Antoine L'Écuyer dans la série Mon fils de Club Illico/Eric Myre
Photo courtoisie, Fabrice Gaetan

Sur fond d’enquête policière, nous suivons la quête du psychiatre Henri Lacombe, dont la femme a disparu. Tour à tour, chacun de ses patients sera soupçonné. La série nous permet donc de découvrir une galerie de personnages pris avec un problème de santé mentale. 

► Disponible sur Tou.tv 


Trop 

Antoine L'Écuyer dans la série Mon fils de Club Illico/Eric Myre
Photo courtoisie, Ici Télé

On y suit le quotidien de deux sœurs dont la plus jeune est diagnostiquée avec un trouble bipolaire. Nous sommes témoins de ses hauts comme de ses bas, qui la mèneront à l’hospitalisation et à prendre sa maladie au sérieux. 

► Disponible sur Tou.tv 


Au secours de Béatrice 

Antoine L'Écuyer dans la série Mon fils de Club Illico/Eric Myre
Photo courtoisie, Véro Boncompagni

Urgentologue, Béatrice souffre de troubles anxieux. À l’instar de ce qui se trame à l’hôpital et dans sa vie personnelle, nous la suivons dans sa thérapie qui l’aide à voir sa vie avec une nouvelle perspective. 

► Disponible sur Club illico