/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Un deuxième centre de dépistage pour automobilistes à Côte-Saint-Luc

Coup d'oeil sur cet article

CÔTE-SAINT-LUC | Un second centre de dépistage pour automobilistes a ouvert dimanche à Côte-Saint-Luc, en plein cœur du plus important foyer de contagion à Montréal.  

• À lire aussi: COVID-19: 2840 cas confirmés au Québec, aucun nouveau décès  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

• À lire aussi: Trudeau annonce plus de 200 millions $ pour les organismes communautaires  

Contrairement à la clinique qui est en fonction depuis une semaine à la place des Festivals, celle de Côte-Saint-Luc n’est pas sans rendez-vous.     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Les gens doivent appeler au 1 877 644-4545, puis remplir un questionnaire en ligne avant de se rendre sur place. Une infirmière les appellera ensuite dans un délai de moins 24 heures afin de leur indiquer quand ils pourront se présenter dans le stationnement du Quartier Cavendish, un centre commercial, pour subir leur test.     

«Il y a beaucoup d’avantages d’avoir des rendez-vous: pour le suivi, pour les statistiques, pour éviter que les gens se poussent à l’entrée... Il faudrait vraiment qu’il y ait un fort achalandage pour qu’on passe à du sans rendez-vous», a soutenu Francine Dupuis, la présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Symptômes obligatoires  

Actuellement, les installations permettent de tester 400 personnes par jour, sans qu’elles aient à sortir de leur voiture. Dans quelques jours, on s’attend à passer à une capacité de 500 patients.     

À l’instar de toutes les autres cliniques de dépistage au Québec, les gens qui vont se faire tester à Côte-Saint-Luc doivent obligatoirement ressentir des légers symptômes de la COVID-19.     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

«Même si les gens sont porteurs, s’ils n’ont pas de symptômes, leur test va ressortir négatif. Ça ne servirait donc à rien de tester les gens au hasard», a expliqué Mme Dupuis, dont le CIUSSS est le plus touché par la pandémie au Québec.     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Foyer de contagion  

En effet, près de la moitié des cas avérés de coronavirus sur l’île de Montréal se trouvent à Côte-Saint-Luc, à Hampstead, ainsi que dans les secteurs de Côte-des-Neiges et de Parc-Extension.     

Il y a plusieurs facteurs pour expliquer cette statistique, a indiqué Mme Dupuis, mais reste qu’on observe une alarmante éclosion de COVID-19 au sein de la communauté juive, très présente dans le secteur.     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

«Entre le moment où on est passé de 250 à 10 personnes pour l’interdiction des rassemblements, il y a eu beaucoup de mariages», a noté Mitchell Brownstein, le maire de Côte-Saint-Luc.     

Comme il l’explique, dans le judaïsme, les croyants ne peuvent tenir de célébrations lors de la période de l’Omer, qui s’étend cette année entre le début avril et la fin mai. Plusieurs couples avaient donc prévu depuis longtemps d’officialiser leur union à la fin mars.     

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

«Ce sont les rabbins eux-mêmes qui ont été les premiers à appeler la Ville pour qu’on ferme les synagogues, parce qu’il y avait encore plusieurs mariages de prévus. Aujourd’hui, il n’y a plus aucune célébration religieuse sur notre territoire et tout le monde comprend», a assuré le maire Brownstein, qui se réjouit de l’ouverture d’une clinique de dépistage dans sa ville.     

Si cette installation vise surtout les gens du centre-ouest de l'île, à noter que personne ne sera refusé, même si on vient d’un autre coin de l’île de Montréal.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.