/finance/business
Navigation

Des entrepreneurs engagés dans la bataille de leur vie

Ils se démènent pour garder à flot leur organisation

Coup d'oeil sur cet article

La crise de la COVID-19 a l’effet d’une bombe sur le monde des affaires québécois.  

Des entrepreneurs dynamiques, célébrés dans les médias et qui avaient le vent dans les voiles, se retrouvent du jour au lendemain devant l’impensable : le risque bien réel de faire faillite et de tout perdre. Le Journal est allé à la rencontre d’entrepreneurs à succès dont plusieurs disent livrer en ce moment la bataille de leur vie. 

« J’ai huit restaurants, jamais dans mes pires cauchemars je pensais perdre huit restaurants en une journée. Si c’est pas ça l’enfer, je ne sais pas c’est quoi », confie, très émotif, Alex Bastide. Ce jeune entrepreneur a fondé à la sueur de son front les restaurants L’Gros Luxe, qu’on retrouve aujourd’hui à la grandeur du Québec.  

« C’est l’enfer, c’est l’enfer pour tout le monde. Ma blonde est dans une agence de voyages, imagine, elle n’a plus de revenu », dit-il. 

Tous les entrepreneurs au Québec sont affectés de près ou de loin par la crise, mais le secteur de la restauration est particulièrement touché.  

Un autre entrepreneur bien en vue du secteur, Alexandre Besnard, a dû remercier temporairement 1200 employés. Son entreprise, A5 Hospitality, exploite entre autres les restos et bars branchés Madame Bovary à Boucherville, Flyjin dans le Vieux-Montréal, et, depuis janvier, le fameux « food hall » Le Cathcart à la Place Ville-Marie. 

Couper pour survivre 

« Nos flux monétaires ont des cycles très court. Ce qui rentre une semaine est utilisé pour payer la facture la semaine d’après. Il fallait impérativement couper toutes dépenses le plus rapidement possible », dit-il. 

Alexandre Besnard n’est pas de ceux qui pensent que la crise sera de courte durée et il craint des effets négatifs à long terme. 

L’immobilier est un autre secteur affecté par la crise de la COVID-19. Du jour au lendemain, le boom immobilier que vivait le Québec, avec des hausses de prix dans les deux chiffres, est remis en question. 

Le promoteur Luc Poirier avoue qu’il ne pourra pas rembourser comme prévu des prêteurs privés dans les prochaines semaines. Quant au secteur hôtelier où œuvre Christiane Germain, il est décimé. Le dragon François Lambert est un des rares parmi les entrepreneurs contactés à dire tirer son épingle du jeu grâce au commerce électronique.  

ALEX BASTIDE   

Il envisage la faillite

Photo tirée du site internet du Grox Luxe

Alex Bastide est un entrepreneur en série qui brasse des affaires depuis qu’il a 16 ans. La valeur de ses restos L’Gros Luxe avant la crise était entre 2 et 5 millions $, selon lui, et son objectif était de les amener à atteindre une valeur de 25 millions $. Il a fallu d’innombrables heures de travail pour assurer le succès de L’Gros Luxe, mais Bastide dit maintenant envisager de déposer le bilan et de déclarer faillite. « J’ai plus le cœur à rouvrir. J’ai pas confiance que les clients vont être au rendez-vous », soupire-t-il. « Je viens de renvoyer 300 employés qui vivaient d’un chèque de paie à l’autre », se désole-t-il. 

ALEXANDRE BESNARD  

Fini la croissance 

Photo courtoisie

Alexandre Besnard d’A5 Hospitality dit qu’il va adapter sa stratégie selon la gravité de la crise financière. « J’ai l’impression que ça va être l’opportunité de se recentrer et de faire le focus sur l’existant, s’assurer qu’il est fort avant de penser à la croissance. De là on pourra regarder un horizon de cinq ans et espérer continuer d’innover », explique-t-il. L’entrepreneur croit que le consommateur va changer durablement son comportement après la crise. « Pour nous qui sommes dans la catégorie “dépenses discrétionnaires”, je crois que l’impact va se faire sentir plus que d’autres secteurs », dit-il. 

LUC POIRIER   

Ses prêteurs devront patienter 

Photo Anne-Lovely Étienne

L’homme d’affaires de la Rive-Sud a bâti sa réputation dans le domaine immobilier en s’attaquant à des projets ambitieux que personne avant lui ne jugeait réalisables. Reconnu pour sa très grande tolérance au risque, il admet qu’il traverse une période difficile. « C’est l’enfer total, j’attendais beaucoup de dépôts d’acheteurs dans les prochaines semaines pour des terrains », dit-il. « Dans quelques mois je ne pourrai plus avancer, il y a un problème dans mon cash flow », explique-t-il. Le promoteur dit qu’il faut absolument que l’économie reprenne avant l’automne. 

FRANÇOIS LAMBERT  

Il se considère chanceux 

Photo Guillaume St-Pierre

Le dragon François Lambert attribue à la pure chance le fait d’avoir vendu deux semaines avant la crise un intérêt dans une entreprise de voyage de personnes âgées. « C’est dommage, mais les acquéreurs vont probablement devoir faire faillite », dit-il. Le dragon reconnu pour son franc-parler estime que la crise va faire des ravages dans le Québec Inc. « Le Cirque du Soleil s’en va en faillite. Qui va vouloir aller voir des spectacles après ça ? », prédit-il. François Lambert avoue que certaines de ses propres entreprises souffrent de la crise, surtout à l’international. En contrepartie, il souligne faire des affaires d’or avec la vente de sirop d’érable en ligne. Selon lui, la crise de la COVID-19 va avoir l’effet positif de moderniser le monde des affaires et la société québécoise. « Ça va donner un élan au commerce électronique et qui sait si un Amazon québécois ne va pas émerger de ça », dit-il. 

Christiane Germain lance un appel à la solidarité 

Photo d’archives, Agence QMI

« Nous avons eu une semaine incroyablement difficile », a confié Christiane Germain, coprésidente de Germain Hôtels, dans une vidéo mise en ligne il y a quelques jours sur son compte Instagram.  

Cette dernière dit avoir dû prendre des décisions très difficiles pour passer à travers la crise.  

Le secteur de l’hôtellerie est frappé de plein fouet partout dans le monde par l’injonction des autorités publiques de rester à la maison.  

Les actions de grandes chaînes hôtelières comme Hilton et Marriott se sont effondrées en Bourse.  

Christiane Germain a enjoint les Québécois à respecter les consignes des autorités pour limiter la durée et l’étendue de la pandémie. « Faites du Ricardo, du Di Stasio, profitez-en », dit-elle.  

Elle les a aussi encouragés plus que jamais à acheter local et à privilégier les entrepreneurs d’ici.  

« Jeff Bezos, d’Amazon, il n’a pas besoin d’être plus riche, mais nous [les entrepreneurs locaux], nous avons besoin de nos sous. Soyons solidaires », plaide-t-elle.