/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19 : une communauté juive est enclavée

Plusieurs membres qui sont revenus des États-Unis la semaine passée ont été déclarés positifs à la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

Des voyages dans l’État de New York au début du mois sont responsables de l’éclosion du coronavirus dans la communauté juive orthodoxe Tosh de Boisbriand, qui est maintenant en confinement. 

• À lire aussi: 3430 cas au Québec, les commerces fermés les dimanches  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie de COVID-19  

« Des 80 tests effectués, beaucoup touchent des gens qui sont allés en voyage aux États-Unis et qui ont développé des symptômes à leur retour, la semaine dernière, a expliqué lundi le docteur Éric Goyer, directeur de la santé publique des Laurentides. Certains sont revenus en apprenant que les frontières allaient fermer. » 

Le directeur de la santé publique, Dr Éric Goyer.
Photo Chantal Poirier
Le directeur de la santé publique, Dr Éric Goyer.

Depuis dimanche, cette communauté comptant environ 4000 membres s’est placée en confinement dans le quartier où elle est regroupée en raison de 24 cas positifs à la COVID-19 sur 89 tests réalisés pour le moment. 

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Rougeole 

Ainsi, à la demande de ces juifs orthodoxes qui veulent contenir l’épidémie, des policiers de la Régie intermunicipale de Thérèse-De Blainville ont prêté main-forte au Shomrim, le corps de sécurité de la communauté, afin de barrer les deux accès au quartier. 

Photo Agence QMI, Pascal Girard

« On veut assurer la protection de la communauté et éviter une flambée de cas », a expliqué le Dr Goyer. 

L’an passé, cette même communauté avait été frappée par une éclosion de rougeole, mais elle avait été contenue en un mois et demi environ. 

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Contrôle 

Depuis dimanche, personne ne peut donc entrer ou sortir du quartier, sauf pour une urgence médicale ou pour fournir des services essentiels. Cette mesure est valide pour une période de deux semaines et des communications en yiddish sont faites aux membres ne parlant ni français ni anglais. 

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Le Journal a d’ailleurs vu des policiers expliquant les consignes à deux membres de la communauté dans une station-service, et le tout s’est déroulé cordialement. 

La mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, a de son côté rappelé que la communauté avait suivi les recommandations de la santé publique, et ce depuis le début de la crise.  

Photo Maxime Deland

« Nous sommes confiants de pouvoir contrôler le nombre de cas », a expliqué le Dr Boyer, ajoutant que les Laurentides comptent une centaine de personnes déclarées positives à la COVID-19.  

Les deux tiers de ces cas concernent des gens qui revenaient de voyage de l’étranger.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.