/qubradio
Navigation

Montréal en état d’urgence sanitaire: Le SPVM est prêt à toute éventualité

Coup d'oeil sur cet article

En plus des pouvoirs supplémentaires donnés au Service de police de la Ville de Montréal pour faire respecter les règles de distanciation sociale et d’isolement, les policiers comptent désormais plus d’outils pour collaborer avec les itinérants et restent prêts aux éventualités de contrôles routiers et de mise en quarantaine de Montréal.  

«À la demande de la Santé publique, on nous demande d’aller plus loin parce qu’on voit une progression plus importante du virus, alors là on passe dans un mode plus coercitif», a indiqué le directeur du SPVM, Sylvain Caron, lundi matin, à QUB radio.  

Comme annoncé dimanche, les autorités policières, qui agissaient jusqu’à présent dans une optique de sensibilisation, doivent désormais faire appliquer les mesures de santé publique avec une sévérité accrue.  

Écoutez l'entrevue complète ici:  

«Si les gens rassemblés ne collaborent pas, le policier peut procéder à leur identification et peut procéder à leur arrestation si des gens refusent de quitter», a précisé M. Caron.  

Un policier peut désormais remplir un rapport d’infraction générale qui sera ensuite acheminé au Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec (DPCP). C’est ce dernier qui établira le niveau d’infraction et qui pourra émettre des accusations aux citoyens et aux commerçants réfractaires.  

Les lieux de rassemblements surveillés  

Sans vouloir préciser d’endroits, le directeur du SPVM a bien fait savoir que les lieux de rassemblements seraient tous rencontrés, y compris les lieux de culte, et que la règle serait appliquée de la même façon partout à Montréal. «Il y a déjà des contacts qui ont été faits avec les leaders et différents imams des différentes communautés», a-t-il assuré.  

Le SPVM invite par ailleurs les citoyens, sans tomber dans la délation, à rapporter des situations de rassemblements évidents.  

Composer avec l’itinérance  

Les autorités policières collaborent aussi avec des organismes et des intervenants sociaux sur le terrain pour venir en aide aux itinérants dans la situation actuelle.  

«On était rendu dans une situation où des itinérants souhaitaient se faire arrêter pour pouvoir manger», a dénoté le directeur du SPVM, qui souligne les efforts déployés pour offrir aux itinérants des lieux où s’isoler et respecter les règles de distanciation sociale.  

L’ancien Hôpital Royal-Victoria accueille désormais les sans-abris pouvant avoir été infectés par le coronavirus et dans le besoin de s’isoler. D’autres refuges sont aussi accessibles pour les personnes en situation d’itinérance ne représentant pas de symptômes du virus.  

Des contrôles routiers aléatoires?  

Si aucun contrôle routier n’est encore effectué aux abords de Montréal, le SPVM continue d’évaluer différents scénarios à cet effet. «Il y a un plan prévu pour ça», a rappelé M. Caron. 

Celui-ci réitère que son corps policier est plus que jamais prêt à agir, advenant que Montréal se place en quarantaine.  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions