/news/currentevents
Navigation

COVID-19: certains avocats de la défense ne passeront pas la crise

Me Denis Richard
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES Me Denis Richard

Coup d'oeil sur cet article

Des avocats de la défense craignent que plusieurs de leurs confrères et consœurs ne passent pas à travers la crise qui sévit actuellement: certains pourraient se voir contraints de mettre la clé dans la porte.  

Me Denis Richard est ce que l’on appelle un avocat de la défense chevronné. Il compte presque 30 ans de pratique.    

Depuis deux semaines, se retrouvant devant un système de justice à moitié paralysé, il reporte ses dossiers et ceux d’autres avocats. Plus le temps avance et plus les inquiétudes s’installent, ce qui amène son lot de frustrations et d’anxiété.  

«Actuellement, les juges, les procureurs de la Couronne, la greffière, les constables, tous ces gens-là reçoivent leur salaire régulier tous les 15 jours», a-t-il laissé tomber mardi matin en arrivant au palais de justice de Québec.  

«Les avocats de la défense, quant à eux, sont payés s’ils ont des clients qui peuvent le faire. Pour ceux qui prennent des mandats d’aide juridique, c’est totalement du bénévolat», a-t-il ajouté, spécifiant qu’en matière de défense, rares sont ceux qui roulent sur l’or actuellement.  

«Pour nous, les frais s’élèvent minimalement à 2000$ par mois avec les dépenses reliées au bureau. La crise de la COVID, c’est récent, mais déjà, certains nous disent que, si ça perdure, ils n’auront pas les moyens de continuer», a-t-il expliqué au représentant du Journal.  

«Les avocats qui sont ici ne sont pas là par plaisir. Nous sommes là parce qu’on nous considère comme un service essentiel et parce que nous avons une utilité dans la société», a dit Me Richard pendant que ses confrères acquiesçaient en hochant la tête.  

«Il faut que les juges et les autres salariés de l’État soient conscients de la réalité. Non seulement les avocats s’inquiètent pour leur avenir, mais ils s’inquiètent également du fait qu’ils ont un travail à accomplir, et ce mandat-là doit faire en sorte de s’assurer que, minimalement, certains droits constitutionnels du client soient respectés», a-t-il encore dit.  

«On est en train de créer un monstre. À l’automne ou au printemps prochain, le système judiciaire va être complètement embourbé et il y en a plusieurs qui seront tombés au combat. Pas à cause de la COVID-19, mais à cause de la situation qui va faire en sorte qu’ils vont faire des faillites ou qu’ils vont devoir laisser la profession», a-t-il ajouté en terminant.