/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Legault s’attend à une «démondialisation» après la crise

Legault s’attend à une «démondialisation» après la crise
PHOTO JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Coup d'oeil sur cet article

Même si la santé demeure pour l’instant « la priorité » de son gouvernement, François Legault confirme qu’il envisage de diminuer à nouveau le fardeau fiscal des Québécois, après la crise.

• À lire aussi: COVID-19: le bilan au Québec dépasse maintenant les 4 000 cas 

• À lire aussi: L'Alberta investit 1,5 milliard $ dans l'oléoduc Keystone XL 

• À lire aussi: COVID-19: certains avocats de défense ne passeront pas la crise 

Notre Bureau parlementaire rapportait mardi que le premier ministre a réuni ses quatre principaux ministres économiques, Pierre Fitzgibbon, Eric Girard, Christian Dubé et Jean Boulet, pour préparer la relance.

Au menu, outre la révision de chaque promesse électorale en fonction de son impact sur la reprise économique : remettre à nouveau de l’argent dans les poches des contribuables.

« Quand on parle d’économie, on parle de consommation, a exposé en point de presse M. Legault. Donc, oui, il faudra regarder s’il faut aider les individus, donc, les Québécois, à avoir de l’argent pour consommer, recommencer à consommer. »

Nouvelles habitudes

Les entreprises, qui bénéficient déjà de certains programmes d’aide d’urgence, ne seront pas en reste.

« On veut que les entreprises soient prêtes à fonctionner dès qu’il y a de la lumière au bout du tunnel », a expliqué M. Legault. Le défi sera alors d’identifier celles qui seront en difficulté, pour les aider.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le premier ministre s’attend à une « démondialisation » dans certains secteurs, une fois la crise passée. Il prévoit notamment que le télétravail, la livraison et l’achat local s’incrustent dans les habitudes des Québécois.

« Il y a des choses qui vont avoir changé. [...] Moins d’importation, ça suppose plus de production locale », a soutenu M. Legault.

Il croit aussi en de « belles opportunités » à venir avec la lutte aux changements climatiques et les nombreux projets de transport en commun.

De son côté, le chef libéral par intérim, Pierre Arcand, a proposé à M. Legault de lui prêter son critique en matière de finances et fiscaliste de renommée mondiale, Carlo Leitao.

« Si le Québec a véritablement une marge de manœuvre sur le plan financier, c’est à cause des politiques qu’il a mises en place [alors qu’il était ministre des Finances] », a fait valoir M. Arcand.

– Avec la collaboration de Vincent Larin, Agence QMI

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.