/investigations/transports
Navigation

Les suspensions vont y goûter ce printemps

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal doit reporter ses opérations printanières de colmatage des nids-de-poule, en raison du coronavirus.  

Comme c’est le cas pour tous les chantiers de la province, Montréal a dû suspendre toutes ses réparations non essentielles jusqu’au 13 avril. Seuls les travaux d’urgence, notamment sur les aqueducs et les égouts se poursuivent.   

Bien qu’il s’agisse de la saison du colmatage de nids-de-poule, ces opérations n’échappent pas aux règles gouvernementales.   

« Pendant la pause des chantiers décrétée par le gouvernement provincial, le seul colmatage de nids-de-poule qui se fera sera effectué manuellement par des cols bleus », a indiqué au Journal la porte-parole Anik De Repentigny.   

Juste les nids d’autruche  

Jusqu’à la fin de la pause des chantiers, seuls les trous jugés dangereux ou importants seront colmatés, précise la porte-parole.   

Ainsi, la deuxième opération printanière de remplissage automatisé des nids-de-poule, qui devait commencer début avril, est reportée.   

La majorité des nids-de-poule de la métropole sont désormais colmatés par un appareil automatisé.    

Lors des redoux, à l’automne et au printemps, une douzaine de camions spéciaux sillonnent les rues de la métropole pour boucher les nids-de-poule. Seul un conducteur-opérateur est présent à bord du véhicule, contrairement à plusieurs travailleurs dans le cas d’un colmatage manuel.   

Bras mécanisé  

Le conducteur actionne un bras mécanisé qui remplit le trou d’un mélange d’asphalte tiède et de fibres. Il fixe ensuite le bitume en place en l’écrasant, toujours depuis l’intérieur de son camion.   

L’an dernier, près de 175 000 trous ont été ainsi réparés, dont environ 75 000 en mars et avril, indiquent les données ouvertes de la Ville de Montréal.    

En 2018, 200 000 nids-de-poule ont été bouchés par ces appareils, dont plus de la moitié en mars et avril.    

Depuis le début de l’année, la Ville a reçu 2040 signalements pour des nids-de-poule à son service téléphonique d’aide au citoyen, le 311. C’est 60 % de moins que l’an dernier pour la même période (5144) et également moins qu’en 2018 (3375).