/news/coronavirus
Navigation

Pandémie: l’Espagne suspend les expulsions de locataires

Pandémie: l’Espagne suspend les expulsions de locataires
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement espagnol de gauche a annoncé mardi une série de mesures sociales destinées à amortir l’impact de la pandémie de coronavirus, notamment la suspension des expulsions de locataires et des aides pour les travailleurs précaires. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie COVID-19

« Le logement est la tranchée depuis laquelle les gens résistent au virus », a déclaré lors d’une conférence de presse le ministre des Affaires sociales Pablo Iglesias, chef du parti de gauche radicale Podemos qui gouverne en coalition avec les socialistes de Pedro Sanchez. 

« Pour les locataires, les expulsions de foyers vulnérables seront suspendues à partir d’aujourd’hui et jusqu’à six mois après la fin de l’état d’alerte. Personne ne peut être expulsé de chez lui », a-t-il annoncé. 

Le 17 mars, le gouvernement avait déjà décrété un moratoire sur les prêts immobiliers, afin d’éviter les expulsions de propriétaires encore en train de rembourser leurs traites. 

Les contrats de location seront prolongés de six mois, période pendant laquelle les loyers ne pourront pas être augmentés alors que les grandes villes espagnoles ont subi ces dernières années une explosion des loyers. 

Des microcrédits seront accordés aux locataires pour les aider à payer leurs loyers. 

Le thème des expulsions est particulièrement sensible en Espagne, où elles s’étaient multipliées après l’explosion de la bulle immobilière en 2007. 

Le gouvernement interdit en outre de couper l’électricité ou le gaz pour défaut de paiement. 

L’État versera également des aides financières aux travailleurs en contrat temporaire remerciés par leur entreprise en raison de l’état d’alerte et n’ayant pas droit aux prestations chômage, ainsi qu’aux femmes de ménage se retrouvant sans travail ou avec des heures réduites. 

Des reports de cotisations sociales seront accordés aux travailleurs indépendants et aux entreprises. 

Alors que le pays était déjà soumis à un confinement strict depuis le 14 mars, le gouvernement a interdit vendredi tous les licenciements avant d’ordonner dimanche l’arrêt jusqu’au 9 avril de toutes les activités économiques « non essentielles », une mesure visant particulièrement la construction et l’industrie.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres