/world/europe
Navigation

La Russie se confine, sanctions renforcées en cas de non-respect

La Russie se confine, sanctions renforcées en cas de non-respect
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les mesures de confinement de la population pour lutter contre le coronavirus en Russie s’étendent mardi à des dizaines de régions, les députés se pressant de leur côté d’adopter des sanctions renforcées en cas de violations des règles d’isolement.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie COVID-19 

Selon le décompte des agences de presse russes, au moins quarante régions de Russie, sur les 85 qui composent le pays le plus vaste du monde, avaient annoncé mardi à la mi-journée des mesures de confinement général pour leur population.  

Les principaux centres urbains, Moscou, Saint-Petersbourg ou encore Ekaterinbourg, sont notamment concernés par la mesure.  

La veille, Moscou, où vivent officiellement 12 millions d’habitants, avait été la première à mettre en œuvre un tel confinement. Le président russe, Vladimir Poutine, a appelé à son respect.  

Selon le dernier bilan officiel, la Russie compte 2237 cas avérés de coronavirus et 17 morts, 500 contaminations et huit décès ayant été recensés lors des dernières 24 heures, un record jusqu’à présent.  

Les habitants des nombreuses régions confinées sont seulement autorisés à sortir de chez eux pour se rendre au travail, pour les urgences médicales, ou s’approvisionner. Les parcs, centres commerciaux et restaurants ont été fermés.  

Les députés de la Douma, la Chambre basse du Parlement, ont également adopté mardi au pas de course un paquet législatif comprenant des peines renforcées contre les personnes ne respectant pas le confinement.  

L’une des mesures, adoptée en dernière et troisième lecture, prévoit jusqu’à sept ans de prison pour les violations de quarantaine ayant eu pour conséquence la mort d’au moins deux personnes.  

En cas d’une violation de confinement ayant entraîné la mort involontaire d’une personne ou des conséquences médicales graves, le texte prévoit jusqu’à cinq ans de prison et des amendes allant jusqu’à deux millions de roubles (23 000 euros au taux actuel).  

La simple violation des règles du confinement pourra, elle, entraîner des amendes comprises entre 500 000 (5800 euros au taux actuel) et 700 000 euros (8100 euros).  

Les députés ont par ailleurs voté en deuxième lecture un projet de loi prévoyant des sanctions sévères, jusqu’à cinq ans de prison, pour la diffusion de fausses informations relatives au nouveau coronavirus.

« Conséquences dévastatrices » si le coronavirus s’étend aux prisons

Amnesty International s’est alarmé mardi des « conséquences dévastatrices » qu’aurait une épidémie de Covid-19 dans les prisons russes, appelant les autorités à réduire le nombre de détenus, notamment ceux qui sont dans l’attente de leur procès.

Avant elle, l’organisation Human Rights Watch avait aussi pointé du doigt la semaine dernière la surpopulation carcérale en Russie comme un problème majeur en cas d’épidémie du nouveau coronavirus.

« Si les autorités ne mettent pas en œuvre des mesures de protection urgentes, la pandémie de Covid-19 pourrait frapper les prisons russes avec des conséquences dévastatrices », a prévenu dans un communiqué Natalia Priloutskaïa, chercheuse d’Amnesty International pour la Russie.

Selon elle, « l’état actuel du système pénitentiaire russe (...) expose les prisonniers à un plus grand risque de maladies infectieuses », la chercheuse citant « la surpopulation, de mauvaises ventilations, des soins et des installations sanitaires inadéquates ».

Selon Amnesty International, 9000 des 519 600 détenus russes sont des hommes de plus de 60 ans, particulièrement menacés par le virus. L’ONG dénonce le fait qu’en outre « presque 97 000 prisonniers sont dans des centres de détention provisoire, où les conditions sont plus dangereuses, notamment en raison de la surpopulation ».

L’ONG appelle les autorités russes « à considérer des moyens de réduire la population carcérale de Russie ».

Selon le dernier bilan officiel, la Russie compte 2237 cas avérés de coronavirus et 17 morts, 500 contaminations et huit décès ayant été recensés lors des dernières 24 heures, un record jusqu’à présent.