/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: l’étau se resserre autour de la grande région de Montréal

Les déplacements sont maintenant contrôlés vers les Laurentides et Lanaudière

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Finies les escapades du week-end en campagne : le gouvernement limite l’accès à quatre nouvelles régions, dont deux autour de Montréal, afin de limiter la propagation du coronavirus. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: Les pays occidentaux n’étaient pas prêts pour une pandémie  

Le gouvernement du Québec ne boucle pas la métropole, mais l’étau se resserre tout autour. 

Depuis mercredi midi, seuls les résidents, travailleurs et services essentiels sont autorisés à se rendre au nord de Mirabel et de Saint-Jérôme, dans les MRC Antoine-Labelle, Argenteuil, Les-Pays-d’en-Haut et Les Laurentides. 

À l’est de Montréal, dans Lanaudière, les territoires d’Autray, de Joliette, de Matawinie et de Montcalm sont également interdits de visites. Pareillement pour l’ensemble de l’Outaouais et l’agglomération de La Tuque.  

Toutefois, contrairement aux huit autres régions interdites d’accès depuis samedi dernier, la Sûreté du Québec (SQ) ne prévoit pas installer de barrages routiers permanents autour de la grande région de Montréal. Le corps de police procédera plutôt à des contrôles aléatoires. En conférence de presse, le premier ministre François Legault a d’ailleurs dit compter « sur la bonne foi des Québécois ».  

ÉCOUTEZ l'entrevue du Dr Yv Bonnier Viger, directeur régional de santé publique Gaspésie– Îles-de-la-Madeleine, sur QUB radio:  

Pas question, non plus, d’imposer un constat d’infraction aux automobilistes.  

« Les interventions de nos policiers sont toujours axées sur la prévention et la sensibilisation au respect des mesures gouvernementales », explique la porte-parole de la SQ, Valérie Beauchamp. 

À Saint-Lin–Laurentides, dans Lanaudière, des policiers de la Sûreté du Québec ont établi un barrage routier pour limiter l’accès.
Photo Agence QMI, hélicoptère TVA Nouvelles
À Saint-Lin–Laurentides, dans Lanaudière, des policiers de la Sûreté du Québec ont établi un barrage routier pour limiter l’accès.

Contamination 

M. Legault a expliqué vouloir éviter une contamination des régions plus au nord par la population du sud, plus affectée. 

Même si Montréal compte près de la moitié des cas de COVID-19 au Québec, le gouvernement n’entend pas bloquer les ponts pour confiner la métropole.  

« Parce que, bien honnêtement, il faudrait le faire pour ce qu’on appelle la CMM [Communauté métropolitaine de Montréal] ou en incluant le 450, parce qu’il y a tellement de voyagement », a dit M. Legault. 

« Ce n’est pas exclu à ce moment-ci, mais indirectement, ce que nous faisons, c’est de fermer les régions du nord, pour nous assurer que les gens de Montréal ne vont pas au nord », a-t-il ajouté en anglais.  

Fausse route 

Mais pour l’épidémiologiste Nima Machouf, Québec fait fausse route et il « est grand temps » d’isoler la métropole.  

« C’est une décision qui est très dure et personne ne veut prendre ce genre de décision. Mais quand on en a besoin, il faut le faire. Il y a énormément de cas à Montréal et ça va continuer de monter. Ça veut dire que le potentiel de transmission va augmenter aussi », fait-elle valoir. 

« Peut-être qu’ils sont en train de réfléchir à comment le faire, parce qu’il s’agit d’une opération très complexe. Mais Montréal étant une île, ça peut être plus simple qu’ailleurs », ajoute Mme Machouf. 

– Avec Antoine Lacroix  

QUI PEUT SE RENDRE DANS LES RÉGIONS ISOLÉES ?    

  • Les personnes qui y résident ou qui y travaillent dans les services essentiels 
  • Transport de biens pour des entreprises ou en transit  
  • Déplacements à des fins humanitaires ou nécessaires pour des soins de santé 
  • Ceux qui doivent se conformer à un jugement du tribunal ou pour permettre l’exercice du droit de garde d’un enfant 
  • Les personnes qui arrivent directement de l’une ou l’autre de ces régions  
  • Les employés de la fonction publique fédérale dont le lieu de travail se situe dans l’une de ces régions   

Les policiers pourront exiger des preuves :   

  • Preuve de résidence 
  • Permis de conduire 
  • Document fourni par un employeur  

À VOIR AUSSI       

  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.