/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

L’aide fédérale bondit à 260G$

Ottawa ne ferme pas la porte à dépenser encore plus pour sauver l’économie

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement fédéral commence à prendre la mesure de l’effet dévastateur de la pandémie de la COVID-19 sur l’économie du Canada. Son aide aux travailleurs et aux entreprises s’élève maintenant à 260 G$.  

• À lire aussi: Près de 500 nouveaux cas au Québec  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie  

• À lire aussi: Ottawa ne peut garantir qu'il n'y aura pas de pénurie d'équipement médical  

Le gouvernement Trudeau a détaillé, mercredi, un des plus gros morceaux jusqu’à présent de son plan de relance, soit la subvention atteignant jusqu’à 75 % des salaires des entreprises frappées par la crise.          

  • ÉCOUTEZ Luc Godbout, Titulaire de la chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke à QUB radio:    

Coût de la mesure : 71 G$ sur trois mois, ce qui porte le total de l’aide fédérale à 260 G$.    

Jamais, dans toute l’histoire du pays, Ottawa n’a dépensé autant d’argent en si peu de temps.    

Et ce n’est peut-être qu’un début. Justin Trudeau a encore répété, mercredi, qu’il ne ferme la porte à aucun appui financier supplémentaire.    

Le premier ministre Trudeau a martelé que la capacité du Canada à juguler la crise dépendra « pour beaucoup » du respect des pratiques de distanciation sociale par l’ensemble de la population canadienne. On le voit ici à Ottawa, dimanche dernier.
Photo AFP
Le premier ministre Trudeau a martelé que la capacité du Canada à juguler la crise dépendra « pour beaucoup » du respect des pratiques de distanciation sociale par l’ensemble de la population canadienne. On le voit ici à Ottawa, dimanche dernier.

« Il y aura probablement plus à faire », a-t-il déclaré dans son point de presse quotidien.    

En plus de la subvention des salaires, Ottawa a aussi détaillé mercredi un autre coûteux programme d’aide, la Prestation canadienne d’urgence.    

Le Journal vous présente un résumé des nouvelles informations disponibles dans les encadrés ci-contre.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Encore des mois ?   

L’économie canadienne s’est arrêtée brutalement. Plus de 2 millions de Canadiens ont perdu leur emploi dans les deux dernières semaines.    

Le ministre des Finances, Bill Morneau, espère que le programme de subvention des salaires poussera les entreprises à conserver un lien d’emploi avec leurs travailleurs.    

« Mon message aux employeurs du Canada est le suivant : préparez-vous à réembaucher des gens », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse, à Toronto.    

Les travailleurs devront être patients. Justin Trudeau a jugé « réaliste » le scénario d’un retour à la normale seulement en juillet, et même au-delà.     

260 G$ en aide fédérale         

  • Prestation canadienne d’urgence : 24 G$  
  • Subventions salariales : 71 G$  
  • Autre aide directe : 10 G$  
  • Impôts différés : 85 G$  
  • Crédit aux entreprises : 25 $  
  • Garanties de prêts : 40 G$  
  • Soutien au secteur agricole : 5 G$   

De nouveaux détails concernant la Prestation canadienne d’urgence   

  • Pour recevoir votre première prestation, vous devez avoir été privé de revenus d’emploi pendant 14 jours consécutifs sur quatre semaines. Les mois suivants, vous ne devrez toucher aucun revenu d’emploi.    
  • L’inscription sera possible en ligne ou par téléphone à partir du 6 avril. Faites votre demande dès le 6 avril si vous êtes né en janvier, février, mars ; le 7 avril, né en avril, mai, juin ; le 8 avril, né en juillet, août, septembre ; et le 9 avril, né en octobre, novembre, décembre.      
  • Les personnes en recherche d’emploi, mais qui n’ont pas cessé de travailler à cause de la COVID-19, ne sont pas admissibles.     
  • Les étudiants qui occupaient un emploi d’été l’année dernière et qui souhaitent travailler de nouveau cet été ne sont pas davantage admissibles, s’ils ont gagné moins de 5000 $ dans les 12 derniers mois.     
  • Les revenus gagnés à l’étranger, pourvu qu’ils dépassent 5000 $, sont acceptés, mais vous devez habiter au Canada.     
  • Les travailleurs et étudiants étrangers sont admissibles s’ils possèdent un numéro d’assurance sociale et habitent au Canada.     
  • Après une demande, vous devriez obtenir un paiement par dépôt direct dans les trois jours ouvrables ou par la poste dans les 10 jours ouvrables.     
  • Pour plus de détails, vous pouvez consulter le site : canada.ca/pcu-coronavirus   

Sarah Daoust-Braun, Agence QMI  

De nouveaux détails sur la subvention des salaires    

  • Les entreprises bénéficiaires sont « encouragées », mais pas obligées, à verser la portion de 25 % des salaires non couverte par la subvention.     
  • Le programme exclut les sociétés d'État et les entreprises financées par des fonds publics (par exemple les universités).     
  • Un portail internet sera lancé d’ici trois à six semaines pour l’inscription des entreprises.     
  • Pour être admissible, l’entreprise doit avoir subi des pertes d’au moins 30 % en un mois, en comparaison du même mois l’année dernière.     
  • Pour évaluer leurs pertes, les entreprises existant depuis moins d’un an feront une comparaison avec un autre mois significatif dans l’année précédente.     
  • La subvention sera considérée comme un revenu pour les entreprises, donc imposable.     
  • Les employés qui en bénéficieront seront imposés à la source.      
  • Les entreprises étrangères sont admissibles, pourvu qu’elles soient enregistrées au Canada.         

Jules Richer, Le Journal de Montréal  

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.