/sports/others
Navigation

Le coronavirus vu par... Carl Carmoni

Le coronavirus vu par... Carl Carmoni
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

À 67 ans, le célèbre joueur de mini-putt Carl Carmoni est maintenant à la semi-retraite: il ne bosse plus que 36 heures par semaine... trois journées de 12 heures, précisément. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie 

«De 1996 à 2005, je travaillais environ 110 heures par semaine. Je n’avais pas le choix. Je suis à mon compte», affirme celui qui agit comme courtier et transporteur pour des pièces d’autobus, entre autres. La Société de transport de Montréal (STM) est au nombre de ses clients. 

«Au moins, avec la présente pandémie de coronavirus, je fais partie des services essentiels, indique Carmoni, entrecoupé aussitôt par un appel d’un de ses employés. Personnellement, il faut que je sorte de la maison, je ne peux pas faire juste du télétravail, mais on prend toutes les précautions nécessaires.» 

Si les affaires vont bien, Carmoni est plus soucieux en vue de sa prochaine saison de mini-putt. Les tournois, qu’il organise lui-même, sont menacés. En effet, la COVID-19 vient même toucher les joueurs élites de mini-golf dont font toujours partie sa femme Suzanne, Jocelyn Noël et Paul Boucher, pour ne nommer que ceux-là. 

«La saison doit commencer le 16 mai, à Terrebonne, avec une formule pro-am en matinée et le tournoi en simple dans l’après-midi, précise Carmoni. À partir du 3 mai, on a des pratiques à coût réduit. Présentement, on a fixé la date au 1er mai pour prendre une décision. La saison est en suspens jusque-là. On va voir ce qu’on va faire.» 

Même si le golf miniature a toujours pris une place importante dans la vie de Carmoni, il insiste pour dire que la priorité, en ce moment, c’est la santé de la population. 

«Ce n’est pas le mini-putt qui va me faire brailler parce que je ne pourrai pas jouer, tranche celui qui n’a pourtant raté aucun tournoi depuis qu’il a relancé la discipline avec une douzaine de compétitions par année depuis 2005. Ce qui me fait suer, présentement, c’est plutôt le nombre de personnes atteintes par le coronavirus. Il y en a de plus en plus!» 

Jouer dans le sous-sol 

Avec la pandémie, on ne sait même pas, en fait, si les terrains de mini-putt auront le droit d’ouvrir, cet été. Une autre option: limiter le nombre de participants jouant simultanément sur les terrains. 

À défaut de pouvoir jouer à l’extérieur, Carmoni continuera pour sa part de pratiquer sa passion, peu importe la suite des événements. 

«À chaque matin, après mon café, c’est 30 minutes à une heure de "putting" dans le sous-sol, dit-il. Au moins, cinq fois par semaine!» 

Carmoni agit ainsi pour demeurer au sommet parmi les joueurs de mini-putt, mais aussi pour exceller du mieux possible sur les terrains de golf. Maintenant qu’il ne travaille que 36 heures par semaine, l’homme a effectivement un peu plus de temps pour se divertir, même s’il continue de porter une oreillette pour prendre les appels urgents sur les verts.