/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: on répond à vos questions

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez des questions sur les mesures annoncées par les gouvernements? Vous doutez d’une nouvelle relayée sur les réseaux sociaux? Votre témoignage mérite notre attention?  

Écrivez-nous dès maintenant à l’adresse coronavirus@quebecormedia.com. Nous tenterons de répondre à votre question au cours des prochains jours.  

À LIRE AUSSI:  

Les réponses à vos questions - 1er avril  

Les réponses à vos questions - 31 mars  

Les maraîchers, usines de production et autres domaines essentiels recherchent activement du personnel. Avez-vous un plan pour inciter les gens à rester sur le marché du travail et le rendre plus attrayant que la prestation canadienne d’urgence (PCU)? (Valérie Fecteau)  

«D’abord, il n’y a aucune ambiguïté sur le fait qu’une personne cessant volontairement son emploi n’est pas admissible à la prestation canadienne d’urgence.      

Par contre, même si à court terme, les paramètres de la PCU sont très bien adaptés à la crise actuelle, la question de Mme Fecteau amène à réfléchir à la question de l’incitation qu’auront les bénéficiaires de la PCU à retourner sur le marché du travail.      

En effet, une fois bénéficiaire, le droit à la PCU reste automatiquement jusqu’à 16 semaines pourvu qu’il demeure inactif et sans revenus. Or, selon l’information actuelle, le bénéficiaire de la PCU n’a pas, contrairement au programme régulier de l’Assurance-emploi, l’obligation d’accepter un emploi offert, ni même être capable de travailler, disponible pour le faire et à la recherche active d’un emploi. À mes yeux, le gouvernement fédéral doit déjà envoyer des signaux pour communiquer aux bénéficiaires qui seront aptes à travailler et disponibles pour le faire, que le programme pourrait évoluer.      

Enfin, pour les travailleurs toujours sur le marché du travail à petit revenu, le premier ministre du Québec a demandé au ministre des Finances de réfléchir à une aide fiscale pour rendre le travail plus attrayant. Une mesure devrait être annoncée prochainement.»      

- Luc Godbout, titulaire de chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques à l’Université de Sherbrooke  

 J’ai vu que des lampes à rayons ultraviolets (UV) pouvaient tuer les bactéries. Est-ce que ce genre de lampe pourrait être efficace contre la COVID-19? (Nathan Lemieux)  

«En effet, ces lampes UV provoquent des dommages irréversibles aux génomes bactériens et à celui des virus et peuvent ainsi inactiver les virus. Cependant, les lampes perdent graduellement leur efficacité avec le temps, même si la lampe semble toujours fonctionner. Donc, bien que possiblement efficace, j'utiliserais d'autres moyens en premier lieu pour décontaminer des surfaces, comme l'utilisation de détergents et de serviettes avec alcool.»      

- Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM  

Mes parents sont âgés de plus de 70 ans. J'habite Montréal et eux, les Laurentides. Ils ont besoin de mon aide une fois par semaine pour leurs provisions. Puis-je encore me déplacer dans les Laurentides pour les aider? (Yannick Beaulieu)  

«Les déplacements sont autorisés pour des causes humanitaires, tel que décrété par le gouvernement du Québec, mais c’est vraiment du cas par cas. Ce sera vraiment laissé au bon jugement des policiers de laisser passer ou non une personne qui souhaiterait entrer sur le territoire [...] Peu importe la situation, si les gens veulent se déplacer il faut que ce soit des déplacements essentiels.»      

- Marc Tessier, agent d’information à la Sûreté du Québec – Outaouais-Laurentides  

«Il faut toujours privilégier des moyens alternatifs pour ce genre de situation (par exemple service de livraison, envoi postal, achat en ligne avec service de livraison, etc.). En dernier recours, si les moyens alternatifs ne sont pas disponibles ou possibles, le contexte humanitaire pourrait être évalué à la discrétion des policiers.»      

- Myriam Sabourin, Équipe de communications du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides  

Qu'arrivera-t-il aux Canadiens qui ne seront pas au Canada durant 183 jours cette année parce qu'ils ne peuvent pas revenir faute de vols? (Daniel Dumont)  

«Comme il s’agit d’un cas de force majeure, il pourra y avoir une demande d’exception faite au ministère du Revenu pour ne pas être éligible aux divers programmes gouvernementaux, n’étant pas résident du Canada pour une période d’au moins 183 jours (tout comme la date limite des déclarations d’impôts a été reportée).      

Pour l’éligibilité à la RAMQ, il est possible de demander une extension une fois tous les sept ans à la règle de 183 jours. Si la RAMQ devait refuser une demande de remboursement des frais de soins de santé, il serait possible de faire une demande de révision en vertu de la loi en alléguant la force majeure de ne pas pouvoir entrer au pays.»      

- Jean-Paul Boily, avocat et chroniqueur à l’émission «Avocats à la barre» à QUB radio  

 J’aimerais savoir s’il y a des risques à adopter un chien chez une famille en ce moment. (Véronique Labonté)  

«Aucune évidence ne suggère que les animaux de compagnie peuvent être infectés et porteurs du virus de la COVID-19. Cependant, si vous adoptez un chien, il serait recommandé de le laver lorsque vous arriverez à votre résidence.»      

- Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM  

«On ne sort pas, à moins que ce soit absolument nécessaire.»      

- Le premier ministre François Legault à son point de presse jeudi après-midi.  

*À noter qu’il est demandé à toute personne d'éviter de se déplacer d'une région à l'autre ou d’une ville à l’autre, sauf en cas de nécessité et besoins essentiels (approvisionnement). Ces déplacements devraient se limiter à ceux liés à des raisons médicales et au travail, peut-on lire sur le site officiel du gouvernement du Québec.  

Je suis en couple avec un médecin qui peut être en contact avec des patients atteints. Nous ne vivons pas ensemble. Dois-je arrêter de le voir? Si je le vois, est-ce que cela représente un danger pour les personnes avec qui j’habite? (Maxime S.)  

«Question très délicate: Certains professionnels de la santé qui travaillent en contact avec les patients infectés ont décidé de se distancer et de s'isoler de leur propre famille tout au long de la crise.      

Les médecins et infirmières (ers) sont particulièrement à risque lorsqu'en contact avec toute personne ayant la COVID-19, mais demeurent une priorité dans les tests de dépistage. Ils sont donc suivis plus strictement. Il y a en effet un risque que vous soyez infecté par votre partenaire dans une situation où il pourrait être infecté, mais asymptomatique (et n'ayant pas connaissance de son statut).      

Les intervenants en milieu hospitalier sont conscients de ce risque, qui pourrait cependant s'aggraver s'il y a pénurie en équipement de protection et/ou si le nombre de cas nécessitant une hospitalisation augmente soudainement et sature les hôpitaux. Il serait néanmoins idéal de limiter vos contacts avec votre partenaire autant que possible et de recourir pour l'instant à une communication à distance.»      

- Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM  

Dans deux semaines, ce sera l'ouverture annuelle des terrains de camping. Est-ce que les terrains ouvriront? (Gilles Paquette)  

 «Nous suivons la situation de près. C'est le gouvernement qui choisira ou non si les campings pourront ouvrir. Nous invitons aussi tous les campeurs à respecter toutes les mesures mises en place par les gouvernements afin d'enrayer la propagation le plus rapidement possible.»      

- Claudy Laplante St-Jean, directrice du Service des communications de la Fédération québécoise de camping et de caravaning  

«Comme la situation évolue tous les jours et que les mesures actuelles sont émises jusqu'au 13 avril 2020, nous ne pouvons pas nous prononcer sur la situation au-delà de cette date. Nous attendrons ensuite les nouvelles directives du gouvernement pour la suite, dès le 14 avril.»      

- Camping Québec (Foire aux questions)  

J’habite le quartier Ville-Marie, à Montréal, et j’ai remarqué que l’eau du robinet est très blanche et goûte l’eau de javel. Est-ce à cause de la COVID-19 et de désinfectants ajoutés à l’eau potable? (Gabrielle Lebeau)   

«Le Service de l'eau a effectué des travaux d'entretien sur une conduite d'eau potable sur la rue Sherbrooke vendredi dernier. Les bonnes pratiques d'entretien exigent que la conduite soit désinfectée avant d'être remise en service. Cette désinfection n'est pas en lien avec la pandémie. À la suite de cette opération d'entretien, la Ville de Montréal a reçu deux plaintes concernant un goût prononcé de chlore dans l'eau. Une équipe du Service de l'eau s'est déplacée pour procéder à un échantillonnage et le résultat des tests n'a pas démontré une présence anormale de chlore dans l'eau.      

Par ailleurs, à cette période de l'année, il est normal que l'apparence de l'eau puisse être blanchâtre. Ce phénomène est dû au changement de la température de l'eau. La solubilité de l'eau est plus grande lorsqu'elle est froide. Lorsque la température de l'eau réchauffe, l'air contenu dans celle-ci est relâché et crée une apparence blanchâtre. Il suffit de laisser couler l'eau afin qu'elle redevienne claire.      

 Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies et l’Organisation mondiale de la Santé, les méthodes conventionnelles de traitement appliquées dans les systèmes de traitement de l'eau, comme celles utilisées dans les usines de traitement de la Ville de Montréal, sont en mesure d’inactiver la COVID-19. L'eau de Montréal est d'excellente qualité, le traitement est suivi en continu par une équipe d'experts.»      

- Gonzalo Nunez, relationniste - Service de l'expérience citoyenne et des communications à la Ville de Montréal

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.