/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Fête: Valérie Plante demande à Perez de s’excuser

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La mairesse de Montréal n'a pas été tendre envers le chef de l'opposition Lionel Perez, qui a reçu la visite des policiers mardi après qu'un attroupement se soit formé autour de son domicile, où réside aussi son fils, atteint de la COVID-19.

• À lire aussi: Une fête avec un fils atteint de la COVID-19 

• À lire aussi: Le SPVM débarque chez Lionel Perez 

«Il a décidé malgré les consignes de santé publique de tenir un rassemblement chez lui. Peu importe, le type de rassemblement, c’est inacceptable, inadmissible dans le contexte de pandémie dans lequel on se trouve», a mentionné Valérie Plante jeudi en marge d'un point de presse.

La fête en question visait à souligner les fiançailles de la fille de M. Perez avec son futur époux de New York. Celle-ci se déroulait par vidéoconférence, mais un musicien était présent dans l'entrée de cour, et des voisins qui marchaient dans la rue se sont notamment arrêtés pour féliciter la famille. Le fils de M. Perez est même sorti à l'extérieur du domicile brièvement.

Le tout a été signalé au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui est intervenu.

«On demande aux Montréalais de mettre leur vie sur pause, pourquoi ça ne s’appliquerait pas aux élus et tout particulièrement au chef de l’opposition. Personne n’est au-dessus des lois. Nous les élus, le minimum qu’on doit faire, c’est de donner l’exemple dans nos faits et gestes et de respecter les règles», a ajouté la mairesse.

Celle-ci a aussi souligné le fait que le chef d'Ensemble Montréal a assisté à la réunion du conseil municipal du 23 mars, alors qu'il semblerait que son fils avait des symptômes.

«Ça pose de sérieuses questions sur l’éthique et le jugement de Lionel Perez, a soutenu la mairesse. Je demande qu’il s’excuse à la population et à son parti, Ensemble Montréal, à se questionner sur la meilleure façon de regagner la confiance des Montréalais maintenant».

M. Perez a démenti cette allégation en soirée. «Ce n'est que plus tard, pendant le conseil, que mon fils m'a informé qu'il avait des symptômes et qu'il allait se faire tester. Dès que les résultats du test ont été connus, j'ai avisé le greffe de la Ville, soit le dimanche 29 mars dernier. J'ai suivi les consignes de la santé publique et suis demeuré en isolement dès le moment où mon fils a passé le test», a-t-il fait savoir.

L'élue indépendante et mairesse de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Giuliana Fumagalli, a aussi critiqué jeudi les agissements de M. Perez. «Ça m’a quand même beaucoup étonnée lorsque je l’ai appris hier soir. Effectivement, comme chef de l’opposition officielle, je m’attends, comme je pense tous les Montréalais s’attendent à ce qu’il soit un modèle pour la population et que son comportement soit exemplaire.»

Excuses

Le président du caucus d'Ensemble Montréal, Francesco Miele, a rappelé que M. Perez s'est excusé à la suite de l'événement. «La situation difficile dans laquelle nous sommes tous fait en sorte que la perception peut être plus délicate pour un élu et c’est la raison pour laquelle M. Perez a considéré devoir apporter une clarification et s’excuser», a-t-il commenté.

«En tant qu’élu, nous avons à donner l’exemple et selon la déclaration de M. Perez, il considère qu’il ne le referait pas. Donc clairement il évalue que le geste qu’il a posé, malgré toute la bonne foi qu’il avait et les précautions qu’il a prises, ne serait pas à refaire», a ajouté M. Miele.

«Je connais Lionel Perez depuis dix ans. Ce n’est vraiment pas quelqu’un qui bafouerait les règles ou mettrait le public à risque», a soutenu pour sa part Marvin Rotrand, conseiller indépendant et doyen des élus.

Selon M. Perez, peu de personnes étaient présentes devant son domicile et ils pratiquaient la distanciation sociale. «Il n’y a pas de raison de ne pas le croire. Il n’y a pas de témoins ou de vidéos qui contredisent cela et ses voisins appuient sa version des faits», a dit M. Rotrand.

- Avec la collaboration d'Yves Poirier et de Camille Dauphinais-Pelletier

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.