/finance/business
Navigation

Le CRTC autorise l’acquisition de V par Bell Canada

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Tout en imposant des conditions, le CRTC a autorisé vendredi l’acquisition de V Interactions par Bell Canada.

«Le Conseil conclut que la transaction sert l’intérêt public», peut-on lire dans la décision, qui donne également sa valeur, soit 31,3 millions $.

Ainsi, les Stations V devront diffuser chaque semaine cinq heures de programmation locale pour les marchés de Montréal et de Québec en 2020-2021, et le nombre d'heures sera augmenté à 8,5 heures en 2021-2022.

De plus, le Groupe Bell Média devra également consacrer 40 % des revenus de l'année précédente en émissions canadiennes et 18 % des revenus de l'année précédente en émissions d'intérêt national.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a aussi imposé à Bell d'investir plus de 3 millions $ pendant sept années consécutives, une somme qui devra être répartie en parts égales entre le Fonds des médias du Canada et le Fonds Bell.

Rappelons qu’en juillet dernier, Bell Média avait annoncé avoir conclu une entente avec les actionnaires du Groupe V Média pour l'acquisition de la chaîne de télévision généraliste V et de ses actifs numériques, dont le service de vidéo sur demande Noovo.ca.

Tout en soulignant que les motifs de son approbation seront publiés à une date ultérieure, l’organisme réglementaire a indiqué vendredi que la composition de chaque groupe sera maintenue jusqu'au 31 août 2020 afin de faciliter les changements nécessaires.

Dès l’annonce de l’acquisition, Québecor et d’autres intervenants avaient soulevé des inquiétudes sur la qualité générale de la télévision francophone au Québec ainsi que sur l’impact de la transaction sur les revenus publicitaires des autres médias québécois.

De son côté, Bell demandait au CRTC de prolonger les obligations actuelles de la chaîne V pour les nouvelles régionales et la programmation locale jusqu’en 2022, date à laquelle le renouvellement de la licence est prévu.

Au cours des audiences publiques du CRTC tenues en février dernier concernant cette acquisition, les deux entreprises avaient pris le temps de faire valoir leur point de vue.

Bell Média Québec a réagi à la suite de la décision du CRTC. «Avec cette approbation qui arrive à point, Bell est maintenant à une étape plus près d'assurer la viabilité à long terme de V alors que l'industrie de la télédiffusion traverse une période critique», a dit Karine Moses, présidente de Bell Média Québec et présidente, direction du Québec de Bell.

«C'est une nouvelle ère qui débute pour l'écosystème télévisuel québécois et Bell Média offrira de nouvelles occasions de création de contenu francophone et une programmation améliorée de nouvelles. Nous sommes impatients d'accroître nos investissements dans le contenu québécois et la culture québécoise grâce à V», a-t-elle ajouté.

«Bell Média pourra tirer parti de son portefeuille d'actifs pour assurer que V et ses actifs numériques puissent prospérer dans un paysage médiatique hautement concurrentiel et en constante évolution, a indiqué pour sa part Maxime Rémillard, président et fondateur, Groupe V Média.

«Je suis persuadé que l'expertise de l'équipe de direction de Bell Média permettra d'accroitre la portée de V et de bâtir un auditoire encore plus grand pour du contenu de haute qualité en français, dans une offre de télédiffusion multiplateforme», a-t-il poursuivi.