/news/green
Navigation

[EN IMAGES] Crue des eaux en Beauce: Beauceville et Sainte-Marie se préparent

Coup d'oeil sur cet article

Les services d’urgence sont sur un pied d’alerte à Beauceville et Sainte-Marie, en Beauce, alors que les glaces se dirigent lentement vers le nord après avoir quitté Saint-Georges.  

À Beauceville, en fin d’après-midi, une accumulation s’est formée près de l’île Ronde et du pont de la route 108 au centre-ville.   

Malgré le niveau très élevé, la moitié du lit de la rivière Chaudière s’écoule à l’eau claire dans ce secteur. La situation est donc stable pour le moment, mais de nombreux policiers et pompiers sont aux aguets. Un peu avant 17h, on ne signalait aucun débordement à Beauceville.   

24 évacuations à Saint-Georges  

Vingt-quatre personnes ont été évacuées ce matin à Saint-Georges à la suite du débordement de la rivière Chaudière. Tout danger est maintenant écarté alors que l’embâcle qui s’était formé a cédé peu après 14h, mais pendant ce temps, la situation s’est envenimée à Notre-Dame-des-Pins.     

  

Photo Jean-François Desgagnés

En milieu d’après-midi, l’eau s’est mise à monter rapidement à Notre-Dame-des-Pins.     

«Rendu là, personne ne peut s’aider», a lancé une citoyenne découragée.     

«J’arrive d’une tournée, l’eau a monté, mais la situation est toujours sous contrôle. Il n’y a personne d’inondé pour le moment. Nous surveillons la situation de près», avait déclaré la mairesse Lyne Bourque plus tôt en début d’après-midi, avant que les conditions ne se dégradent.     

Photo Jean-François Desgagnés

Citoyens évacués à Saint-Georges  

Les eaux de la Chaudière ont réveillé des citoyens de Saint-Georges. L’eau a continué de monter une bonne partie de l’avant-midi, avant que la situation ne s’améliore.     

«Les glaces ont commencé à bouger vers 5h ce matin. Dans la première demi-heure, ça allait très bien. Vers 6h il y a eu un embâcle comme à chaque année à l’île aux Chèvres. L’eau a un peu débordé de chaque côté, mais pas la glace. Maintenant, ça commence à baisser tranquillement», a précisé vers 11h30 le maire de Saint-Georges, Claude Morin, avant que l’embâcle ne cède.     

ÉCOUTEZ l'entrevue de Claude Morin, maire de Saint-Georges, sur QUB radio:  

L’embâcle s’était formé à la sortie nord de la ville et avait reculé vers le centre-ville sur une distance d’environ 750 mètres.     

Les eaux ont inondé des demeures de la 1re Avenue Est et Ouest, à Saint-Georges, au nord du pont David-Roy.     

La pluie a ensuite fait monter rapidement le niveau de l’eau dans ce secteur.     

«C’est la première inondation importante de la saison printanière. On pensait que ça allait bien se faire, parce que la rivière n’avait pas un gros débit. Mais ça a lâché d’un coup et le niveau de l’eau a monté très rapidement entre 5h et 6h [vendredi matin]», avait expliqué en début d’avant-midi Claude Poulin, directeur général de la Ville de Saint-Georges et coordonnateur des mesures d’urgence.     

Photo Jean-François Desgagnés

Sous surveillance  

En avant-midi, alors que l’eau continuait de monter, la Ville surveillait la situation, de crainte qu’elle ne s’envenime.      

Sur sa page Facebook, la Municipalité a publié à 10h30 que le niveau de la rivière était à 165 mètres.      

Photo Jean-François Desgagnés

«En haut de 166,6 m, ça devient alarmant et on sait qu’il y aura des problèmes. Actuellement, on est entre 164 et 165. On a un mètre de jeu et ça baisse», a révélé M. Morin.      

Le maire s’était alors dit confiant pour la suite des choses. «L’idéal serait que l’embâcle décolle, mais on n’annonce pas de pluies majeures dans les prochaines heures. À plusieurs endroits ça coule en eau libre encore. Ce qui nous aide c’est qu’il n’y a plus de neige, plus d’eau dans les terres. C’est un plus. Il n’y a pas assez d’eau pour pousser sur l’embâcle [et causer des problèmes].»      

Photo Jean-François Desgagnés

Fermetures  

La Ville a ajouté que la 1re Avenue et la promenade Redmond sont fermées à la circulation automobile de la 118e Rue jusqu’à la hauteur du concessionnaire automobile Kennebec.      

Elle a expliqué que la fermeture est nécessaire en raison des inondations, mais aussi pour éviter des attroupements et respecter les mesures de distanciation sociale pour la prévention de la COVID-19.      

Photo Jean-François Desgagnés

La circulation des véhicules lourds est toutefois permise sur ces deux rues.      

«Les gens ont bien collaboré. On a demandé [aux curieux] de ne pas venir et d’éviter les rassemblements. On était prêt avec la Sûreté du Québec et des gens sur le terrain s’il y avait eu un problème de ce côté», a confirmé Claude Morin.      

Photo Jean-François Desgagnés

Relogement en pleine pandémie  

Claude Poulin a indiqué que l’évacuation des résidents touchés a été plus lente que d’habitude, en raison des mesures qui doivent être prises en temps de pandémie de coronavirus.      

«Par exemple, on ne peut pas mettre plusieurs personnes dans le même véhicule quand on va les reconduire, et on doit s’assurer de respecter une certaine distanciation sociale», a précisé M. Poulin.      

Photo Jean-François Desgagnés

«Il fallait leur poser une série de questions. Sur les 24, 19 avaient une solution et savaient où aller», a ajouté le maire.      

Les autres, ceux qui ne pouvaient pas se réfugier chez des membres de leur famille, ont été placés en confinement dans des chambres de l’hôtel Le Georgesville.      

Photo Jean-François Desgagnés

«Je suis maire depuis 2013 et c’est la première fois que l’on a à évacuer autant de personnes. L’année dernière alors que c’était épouvantable à Beauceville, Sainte-Marie et Saint-Joseph, nous n’avions eu aucune évacuation», a ajouté Claude Morin au sujet des caprices de la Chaudière.      

Dur souvenir  

La Beauce avait été frappée par des crues exceptionnelles en avril 2019.      

Environ 2000 maisons avaient été touchées. Des centaines avaient été démolies, particulièrement à Beauceville, dont une partie du centre-ville a été rasé et évacué à jamais.      

Photo Jean-François Desgagnés