/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La distanciation sociale globalement respectée dans les parcs

La distanciation sociale globalement respectée dans les parcs
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Plusieurs Montréalais ont profité de la belle journée printanière de samedi pour aller prendre l'air dans les parcs. Sur place, nous avons pu constater que la grande majorité des gens respectaient la distanciation sociale de deux mètres.

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 4 AVRIL] Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: La transmission communautaire partout au Québec

«Il y a beaucoup plus de policiers que la semaine dernière. Ça paraît parce qu'il y a beaucoup moins de rassemblements que la semaine passée. Les gens respectent plus les règles», a dit Geneviève – qui n’a pas voulu donner son nom de famille pour des raisons professionnelles – alors qu'elle prenait le soleil au parc La Fontaine.

Rejoint par l’Agence QMI, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé que le message passait de plus en plus au sein de la population. Un bilan du nombre d’interpellations sera publié dans les prochains jours et devrait confirmer cette tendance, a fait savoir le service de police.

«Il faut savoir que notre but, ce n’est pas de se mettre à l’embouchure d’un pont et d’attendre que les gens se croisent pour donner un constat. Nous ce qu’on veut, c’est d’éviter que les gens se rassemblent pour jouer à la balle, par exemple», a tenu à préciser l’inspecteur André Durocher.

Les gens qui ne respectent pas la distanciation sociale et qui n’habitent pas ensemble s’exposent à une amende de 1000 $, à laquelle s’ajoutent des frais administratifs de 546 $. Depuis samedi, cette contravention peut être remise en main propre, ce qui est encore plus dissuasif, selon l’inspecteur Durocher.

Donner l’exemple

En tout cas, Thaïs Buttin prend la menace très au sérieux.

«Même en courant, on essaie de rester à deux mètres de distance l'une de l'autre», a juré celle qui profitait de cette magnifique journée pour faire un petit «work-out» sur le mont Royal avec ses deux copines.

Les trois amies ne s’étaient pas vues depuis que les premières mesures de confinement ont été mises en place. Pouvoir enfin se parler, même à deux mètres d’écart, leur a fait un bien fou, ont-elles confié.

«S’ils ferment les parcs, ça va devenir impossible de prendre l’air. Alors on essaie de donner l’exemple pour que ça n’arrive pas», a poursuivi Kaila Munro, avant de repartir courir.

La Ville de Montréal a jonglé avec cette idée la semaine dernière, observant que les consignes de distanciation sociale n’étaient pas toujours suivies.

Moins de monde que d’habitude

Croisée un peu plus loin dans le parc Jeanne-Mance, Perrine Curé craint également que cette mesure finisse par être mise en place. Lorsqu’elle a vu le soleil de sa fenêtre, elle a donc voulu en profiter.

Comme elle se plie aux consignes de la santé publique, la jeune femme n’a pas peur d’attraper la COVID-19 en sortant à l’extérieur. Elle observe cependant que plusieurs semblent s’en être privés.

«Il y a beaucoup moins de monde au parc que si c’était une journée de printemps normale», a-t-elle constaté en regardant autour d’elle, couchée sur l’herbe verte.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.