/news/health
Navigation

La grande victoire du petit «Raffy»

Après avoir vaincu le cancer, Rafaël Harvey a percé la formation pee-wee AAA relève des As de Québec

Journaliste
Photo tirée de Facebook Rafaël Harvey a réalisé un rêve en enfilant l’uniforme des As de Québec cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

De son propre aveu, l’idée de pouvoir un jour rejouer au hockey a gardé le jeune Rafaël Harvey en vie lorsqu’il combattait le cancer. Deux ans plus tard, non seulement a-t-il vaincu la maladie, mais en plus, il a réussi à percer l’alignement de son équipe pee-wee AAA relève cette saison avant que la COVID-19 ne vienne le priver de ce qu’il aime le plus au monde.  

Le Journal vous parlait du jeune « Raffy », dans son édition du 30 novembre 2017. Après avoir reçu un diagnostic de lymphome de Burkitt, le même genre de cancer qu’avait vaincu Saku Koivu en 2002, le jeune hockeyeur de Québec avait soulevé une vague de sympathie dans le monde du hockey. Plusieurs joueurs, anciens comme toujours actifs, avaient envoyé des vidéos en soutien au combat que menait le jeune garçon, dont Patrice Bergeron et Marc-Édouard Vlasic.  

Finalement, en février 2018, il a obtenu la bonne nouvelle : il avait vaincu la maudite maladie et entamait sa rémission.  

Le soir même, il enfilait les patins.  

« Il avait de la misère, mais il tenait vraiment à patiner quand même. Quand il était malade, il voulait vivre pour rejouer au hockey. Ça l’a gardé en vie, qu’il me dit souvent », se remémore sa mère, Sandra Normand.  

L’automne suivant, il est parvenu à se tailler une place au niveau atome AA, puis cette année, il a réalisé son rêve de jouer au niveau pee-wee AAA relève avec les As de Québec.  

Sa mère et lui profitent du confinement pour s’entraîner ensemble afin de ne pas perdre la forme.
Photo tirée de Facebook
Sa mère et lui profitent du confinement pour s’entraîner ensemble afin de ne pas perdre la forme.

Rêve sur pause  

« J’ai réalisé mon rêve. Malgré mon cancer, de jouer dans le meilleur calibre que je pouvais, ça me rend vraiment fier. Ça représente beaucoup de travail et je me suis entraîné tous les jours de l’été. J’ai réussi, et tout le monde le peut », mentionne le jeune homme.  

Au moment où la planète sport a arrêté de tourner, les As de Québec venaient au 6e rang du classement provincial de la Ligue de hockey d’excellence du Québec avec une fiche de 12 victoires, 13 revers et trois matchs nuls.  

« On a eu une belle saison. J’aime vraiment mes entraîneurs et j’ai beaucoup appris. Ils nous ont beaucoup aidés à nous améliorer. J’ai eu beaucoup de plaisir », mentionne celui qui portait le numéro 19 avec les As cette saison.  

Sa déception a donc été grande lorsqu’il a su qu’il n’aurait pas l’occasion de se battre pour leur objectif commun : la coupe Dodge, le tournoi provincial de fin de saison.  

« Je suis déçu. On avait des objectifs d’équipe et on n’a pu aller jusqu’au bout. On n’a pas pu atteindre nos objectifs et c’est vraiment “plate”. On voulait gagner la Coupe Dodge. »  

Deux ans après avoir remporté son match contre le cancer, Rafaël se sent en pleine forme physiquement. Ses deux dernières saisons de hockey lui ont permis de reprendre sa condition physique d’avant et il continue de s’assurer de demeurer en forme même en confinement, en s’entraînant avec sa mère.  

Le jeune joueur est vraiment un passionné de hockey, autant intérieur qu’extérieur.
Photo tirée de Facebook
Le jeune joueur est vraiment un passionné de hockey, autant intérieur qu’extérieur.

Nouveau combat  

Il fait maintenant face à un autre combat, celui de vaincre la peur de tomber malade à nouveau. L’arrivée de la COVID-19 a amplifié cette crainte chez lui.  

« Ça, c’est notre défi du “après”. Rafaël travaille vraiment très fort là-dessus. Il a une personnalité forte, et c’est ce qui lui a permis de vaincre le cancer en premier lieu. »  

Après avoir vaincu un lymphome de Burkitt, pas de doute que le jeune « Raffy » a tous les outils pour venir à bout de son prochain ennemi.