/news/politics
Navigation

Le Bloc demande une bonification du programme de subvention salariale aux entreprises

Le Bloc demande une bonification du programme de subvention salariale aux entreprises
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc québécois demande au gouvernement Trudeau de bonifier son aide aux entreprises en matière de subvention salariale afin d’assurer davantage leur viabilité.

• À lire aussi: COVID19: pas question de restreindre les exportations aux États-Unis, dit Trudeau

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 4 AVRIL] Tous les développements de la pandémie

Dans une lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau, le chef du Bloc, Yves-François Blanchet propose que le projet de loi auquel travaille actuellement le ministère des Finances prévoie «l’ajout à la subvention salariale d’un pourcentage qui, tout en demeurant lié au maintien des emplois, demeurera à la disposition de l’entreprise afin de couvrir une part des coûts fixes d’opération durant la suspension de ses activités».

«En effet, les PME québécoises et canadiennes doivent assumer des dépenses récurrentes que la crise ne suspend pas, explique M. Blanchet dans sa lettre. Ces dépenses compromettent la viabilité financière de nombreuses entreprises.»

Mercredi, le gouvernement a donné des détails de son programme de subvention des salaires des entreprises touchées par la crise de la COVID-19, qui devrait s’élever à plus de 71 milliards $. La subvention, devant couvrir 75 % des salaires, sera accessible aux entreprises ayant perdu au moins 30 % de leurs revenus en raison de la crise.

Le chef bloquiste mentionne dans sa lettre que d’autres éléments du programme – en plus de l’ajout d’un pourcentage - pourraient être discutés avant son adoption prochaine, tout en assurant «que nos gens sont déjà en attente du premier libellé du projet de loi afin de l’analyser et d’en arriver le plus rapidement possible à une entente avec le gouvernement pour que les travailleurs, les entreprises et les familles du Québec voient leur anxiété économique réduite».