/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Pas une bonne idée de «désinfecter» vos animaux

Des cas d’intoxication et de brûlures ont été répertoriés en Europe

Coup d'oeil sur cet article

Non, ce n’est pas recommandé d’enduire son chat de Purell ou de plonger son chien dans un bain d’eau de Javel par crainte du coronavirus, insistent des vétérinaires. 

• À lire aussi: [EN DIRECT SAMEDI 4 AVRIL] Tous les développements de la pandémie 

« Ce n’est pas du tout une bonne idée. Il faut se servir de notre gros bon sens », lance la Dre Annie Ross, vétérinaire et chroniqueuse au Journal.  

Dans les derniers jours, plusieurs associations de vétérinaires européens ont imploré les propriétaires d’animaux de compagnie de ne pas « désinfecter » leurs compagnons à quatre pattes. 

Le type de brûlure pouvant être causé par l’eau de Javel.
Photo tirée de Facebook
Le type de brûlure pouvant être causé par l’eau de Javel.

Des cas d’intoxications, de brûlures, voire de coma éthylique, ont été rapportés notamment en France et en Belgique après que des maîtres eurent nettoyé chats et chiens avec des produits corrosifs.  

S’ils peuvent être utiles pour aseptiser nos mains ou certaines surfaces de travail, les détergents oxydants comme l’eau de Javel et le gel hydroalcoolique de type Purell sont absolument à éviter sur le pelage des animaux. 

« Les animaux vont se lécher, en avaler, et ils peuvent s’intoxiquer », prévient la Dre Ross. 

Bonne nouvelle, aucune situation de ce genre n’a été rapportée ici jusqu’à présent, indique l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ). 

Et pour le moment, il n’existe aucune preuve scientifique qu’un animal peut transmettre la COVID-19 à l’homme. 

De l’homme à l’animal 

Trois cas d’animaux infectés ont été notés dans le monde — deux chiens à Hong Kong et un chat en Belgique —, mais ils auraient vraisemblablement été contaminés par des humains porteurs du virus et non l’inverse. Aucun cas n’aurait été signalé en Amérique pour le moment. 

« Il ne faut pas que les gens paniquent. Ce ne sont pas les chats et les chiens qui vont vous le transmettre, surtout si vous avez un chat d’intérieur, par exemple », mentionne Annie Ross. 

Caroline 
Kilsdonk.
Vétérinaire
Photo courtoisie
Caroline Kilsdonk. Vétérinaire

« Il est présentement inutile de se lancer dans des démarches pour décontaminer son animal », abonde la Dre Caroline Kilsdonk, présidente de l’OMVQ. 

Comme le coronavirus peut demeurer des heures sur plusieurs matériaux, les vétérinaires supposent qu’il peut également survivre un certain temps sur les poils des animaux. 

Précautions 

Par précaution, l’OMVQ recommande d’éviter les contacts entre animaux lors de promenades. Il est aussi préférable de ne pas laisser un étranger câliner votre compagnon et de vous laver les mains lorsque vous le faites vous-mêmes. 

Évitez également de vous faire lécher le visage par votre bête. Passer l’aspirateur plus fréquemment en période de mue peut aussi être une bonne idée. 

Il n’est toutefois pas nécessaire de laver son chien dans un bain d’eau savonneuse au retour d’une marche, puisque celui-ci pourrait se secouer et projeter des gouttelettes non désirées, souligne la Dre Ross. 

Enfin, si un animal a été en contact avec une personne infectée, il vaut mieux qu’il demeure avec celle-ci durant l’isolement obligatoire.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.