/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Rassemblements : c’est fini les avertissements

Deux grands corps policiers peuvent maintenant donner des amendes directement aux contrevenants

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers durcissent le ton, alors qu’il leur est désormais permis de remettre des constats d’infraction salés pour dissuader les récalcitrants qui ne voudraient pas se conformer aux mesures du gouvernement.  

• À lire aussi: La police du coronavirus s’en vient  

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu a d’ailleurs été la première, vendredi, à donner le pouvoir à son corps de police de remettre des amendes immédiatement aux contrevenants, au lieu de remettre des constats « longs » qui nécessitent d’être analysés par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).  

« C’est beaucoup plus significatif, parce qu’au moment où l’écart de comportement se produit et que la personne n’obtempère pas, elle reçoit sur-le-champ un constat de 200, 500 ou 1000 $ », explique André Fortier, directeur du Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu.  

Plus de pouvoir  

Samedi, le DPCP a aussi autorisé la Sûreté du Québec (SQ) et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) à délivrer des constats d’infraction sur-le-champ.  

Les gens qui ne respectent pas la distanciation sociale à Montréal et sur le territoire de la SQ s’exposent à une amende de 1000 $ à 6000 $.  

Plusieurs services de police municipaux, joints par Le Journal, espèrent leur emboîter le pas bientôt.   

Une approche « plus dissuasive » serait appréciée, selon un lieutenant de la police de Laval, joint samedi.  

« Dénoncez-les »  

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a d’ailleurs appelé les citoyens à dénoncer les rassemblements illégaux, lors du point de presse quotidien.  

« On ne veut plus voir de rassemblements, ni extérieurs ni intérieurs, a-t-elle dit samedi. On ne veut plus voir de commerces et de services non essentiels qui continuent de fonctionner. Donc, si vous êtes témoins de ces situations-là, des infractions aux directives de santé publique, dénoncez-les, signalez-les à vos forces de l’ordre. »  

-Avec la collaboration de Hugo Duchaine, Patrick Bellerose, Bureau parlementaire, et l’Agence QMI  


1546 $ D’AMENDE À MONTRÉAL  

Le SPVM peut désormais remettre un constat immédiat d’un montant de 1000 $, plus les frais administratifs de 546 $ à ceux qui ne respectent pas la distanciation sociale. « Ça passe le message », soutient l’inspecteur André Durocher du SPVM. -Roxane Trudel  


900 INTERVENTIONS À QUÉBEC  

Dans la capitale nationale, une vingtaine de rapports d'infraction générale ont été remis à des citoyens jusqu'à présent, sur les 900 interventions effectuées par le SPVQ. -Jérémy Bernier  


FERMETURE DU QUAI DE PORTNEUF  

Le Quai de Portneuf a été fermé après que la Sûreté du Québec y eut constaté des rassemblements importants. C'est le maire de la ville, Mario Alain, qui a lui-même alerté les policiers. « De chez moi, je vois très bien le stationnement près de la marina. Il y a souvent plusieurs voitures quand il fait beau. Samedi, il y en avait une trentaine », a-t-il dit au Journal. Des tréteaux et des pancartes ont donc été installés à l’angle de la rue du Quai et de la rue Lemay pour empêcher les automobilistes d’y circuler. -Jérémy Bernier  


UNE QUESTION DE TEMPS À LONGUEUIL  

« C'est une question de temps » avant que les policiers de Longueuil puissent émettre des constats sur-le-champ, souligne la porte-parole du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), Marie Beauvais-Lavoie. Le SPAL reçoit en moyenne chaque jour de 60 à 100 appels reliés à la pandémie. Chaque jour, 25 policiers supplémentaires, provenant d'autres sections, forment une escouade consacrée à la COVID-19 et les appels reçus. L'agente Beauvais-Lavoie précise que les policiers de Longueuil souhaitent ainsi être « outillés » pour s'assurer de faire respecter les consignes. -Hugo Duchaine  


SENSIBILISATION AU SAGUENAY  

Le Service de police de Saguenay affirme intervenir entre 20 et 40 fois par jour pour séparer des attroupements. Ils n'ont toutefois pas commencé à distribuer des constats d'infraction, se disant encore à l'étape de la sensibilisation. -Jérémy Bernier  


PLUS DE 70 APPELS QUOTIDIENNEMENT  

À Saint-Jean-sur-Richelieu, l’équipe régulière, composée d’une quinzaine de policiers, compte désormais sept ou huit membres de plus quotidiennement pour couvrir les appels en lien avec la COVID-19. Chaque jour, le service de police reçoit plus de 70 appels de dénonciation de la part de citoyens. -Roxane Trudel  

  

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.