/finance/opinion/columnists
Navigation

Un coup de pouce à nos retraités de 71 ans et plus

Coup d'oeil sur cet article

En cette période de « guerre » au coronavirus, je propose à Justin Trudeau de donner un meilleur coup de pouce aux aînés de 71 ans et plus, lesquels sont obligés de décaisser* leurs régimes de retraite en pleine déconfiture boursière.

Comment ? En annulant complètement pour l’année 2020 l’obligation de retirer notamment de leurs FERR (fonds enregistrés de revenu de retraite) une somme minimale d’argent.

Jusqu’à présent, le chef du gouvernement fédéral s’est contenté de réduire de 25 % seulement le montant minimal que le gouvernement exige de retirer des FERR pour 2020.

C’est nettement insuffisant.

Liquidation forcée

Le retrait obligatoire (forcé) d’une somme d’argent d’un FERR les condamne carrément à liquider à perte une portion de leur portefeuille d’épargne retraite, alors que les placements boursiers accusent des reculs majeurs par rapport à ce qu’ils valaient à la fin de décembre dernier.

Et Justin Trudeau en est d’ailleurs lui-même très conscient, car la réduction de 25 % du montant minimal qu’il a accordée aux 71 ans et plus reposait justement sur l’effondrement des marchés.

« Cette mesure, disait M. Trudeau, augmentera la marge de manœuvre financière des aînés inquiets de peut-être devoir liquider les actifs de leur FERR pour répondre aux exigences sur les retraits minimaux. »

Inquiets, dit-il ? Je dirais plutôt, extrêmement inquiets !

Il faut savoir que le « retrait minimal » en question varie annuellement de 5,28 % à 20 % de la valeur du FERR, dépendamment de notre âge. Le pourcentage du retrait progresse sans cesse à partir de 71 ans... pour finalement plafonner à 20 % l’an lorsqu’on franchit le plateau des 95 ans.

En levant cette obligation de retrait minimal pour l’année en cours, 2020, cela donnera aux détenteurs des FERR la possibilité de « s’asseoir » sur leur portefeuille de placements, tout en souhaitant qu’il se redresse l’an prochain.

Autres régimes visés

À l’instar de la réduction de 25 % du retrait minimal des FERR, M. Trudeau proposait aussi d’appliquer une réduction similaire aux prestations variables que des retraités encaissent en vertu des régimes de pension à cotisations déterminées et des régimes de pension agréés collectifs.

Étant largement tributaires de leurs placements en Bourse, ces régimes de pension ont été durement touchés par la récente débandade boursière mondiale.

Ottawa ne perdra rien

En cette dramatique période où le gouvernement Trudeau finance 75 % des salaires des employés des entreprises et verse des prestations d’urgence de 2000 $ par mois aux gens mis à pied à cause du coronavirus, il me semble raisonnable d’annuler complètement en 2020 l’obligation d’effectuer des retraits minimaux des FERR, fonds de revenu viager et autres régimes de pension variant au gré de la Bourse.

D’autant que les gouvernements ne perdront pas une cenne d’impôts puisqu’il ne s’agit que d’un report.


* À partir de nos 71 ans, on est obligés de « fermer » nos REER, soit en retirant les fonds (totalement imposables), soit en achetant une rente échelonnée sur x années, soit en les transférant dans un FERR.