/lifestyle/food
Navigation

Geneviève O’Gleman en mission bouffe

ART-Geneviève O'Gleman
Photo courtoisie, Maude Chauvin La nutritionniste Geneviève O’Gleman, instigatrice du projet savourer.ca, en pleine préparation culinaire.

Coup d'oeil sur cet article

C’est un rigoureux plan de match culinaire que Geneviève O’Gleman et son équipe du site savourer.ca développent tous les jours depuis le début de la pandémie de coronavirus pour soulager, aider et apaiser la population.  

• À lire aussi: Vaincre l'ennui pendant le confinement 

En ligne, la nutritionniste et ses collaborateurs mettent à la disposition de tous un impressionnant dossier complet bouffe (épicerie, économie, recettes, etc.) qui s’adapte aux nombreuses contraintes auxquelles nous faisons maintenant face.      

Cette mine d’informations n’oublie personne, quelle que soit la situation professionnelle ou familiale. « On voit vraiment que les gens ne vivent pas la pandémie de la même façon, explique la “grande manitou” du projet. On pense aux gens des services d’urgence qui sortent tous les jours et qui vont au front pour nous aider, qui vivent de grandes journées, des journées stressantes, qui sont exposés au virus. On est de tout cœur avec eux, on essaie de les aider avec des recettes rapides et soutenantes, qui vont s’adapter à leur réalité. »      

ART-Geneviève O'Gleman
Photo courtoisie, Maude Chauvin

« Il y a aussi des gens qui sont en télétravail, qui vivent la conciliation travail-famille, les enfants, le tourbillon, ajoute Geneviève O’Gleman. Ce n’est pas facile de porter tous les chapeaux, d’être de bons parents et de bons travailleurs pendant de longues heures. On a donné des conseils à ces gens-là. Et il y a aussi les personnes qui vivent en solo, qui se retrouvent un peu isolées. »      

On incite les gens à se tourner vers les achats locaux, mais il faut aussi penser à un budget réduit en ces temps de crise. Un véritable tour de force.      

Source de réconfort  

Plus que jamais, la nourriture permet bien davantage que seulement se remplir la panse.      

Le poulet frit, version Geneviève O’Gleman.
Photo courtoisie, Maude Chauvin
Le poulet frit, version Geneviève O’Gleman.

« Une recette, ça ne sert pas juste à nourrir, ça sert à apaiser, à réconforter, rappelle Geneviève O’Gleman. Si on a des tendances anxieuses – c’est sûr que ces temps-ci, c’est très difficile parce qu’on est dans un moment d’incertitude –, cuisiner, ça nous permet d’être dans le moment présent. Pendant qu’on coupe des légumes, si on ne veut pas se couper les doigts, il faut se concentrer. Pendant qu’on fait la recette, on ne pense à rien d’autre que nos ingrédients, les étapes, la méthode, et ça apaise beaucoup. Ça fait du bien de se protéger du tourbillon, de l’actualité, des nouvelles. »      

C’est pourquoi, chaque jour, un carrousel d’une quinzaine de recettes est offert aux internautes. Tous les repas et les collations de la journée y passent. Certaines recettes ont été adaptées, d’autres ont vu leur publication devancée.      

Un nouveau visage  

Pour Geneviève O’Gleman, le confinement nécessaire à l’enrayement de la pandémie se traduira par une transformation aux fourneaux. Comme elle croit que les enfants n’auront jamais autant cuisiné que durant l’isolement, l’avenir s’annonce prometteur.      

Une recette de tofu cuisiné à l’érable.
Photo courtoisie, Maude Chauvin
Une recette de tofu cuisiné à l’érable.

« On ne va pas revenir à nos anciennes méthodes, on ne va pas cuisiner comme avant, avance-t-elle. J’ai très hâte qu’on soit dans l’après-crise. J’espère qu’on va encore appliquer des trucs anti-gaspillage, être près de nos sous, trouver des ingrédients pratiques, faire des recettes “touski”. »      


► À consulter sans modération : savourer.ca.