/misc
Navigation

N'écoutez plus Donald Trump, écoutez Larry Hogan

N'écoutez plus Donald Trump, écoutez Larry Hogan

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain est constamment sous les projecteurs et son emprise sur son parti est telle qu’on en oublie parfois les voix discordantes.  

Pourtant, tous les républicains ne se contentent pas de hocher de la tête et d’acquiescer aux propos du président. Beaucoup d’élus républicains préfèrent émettre leurs critiques sous le couvert de l’anonymat par peur de représailles, on en trouve encore quelques-uns qui osent afficher ouvertement leur désaccord. Pami eux, se trouve le gouverneur du Maryland, Larry Hogan.  

Celui qui est également président de l’Association nationale des gouverneurs ne semble pas être intimidé et s’il évite habituellement d’affronter directement Donald Trump, vous pouvez compter sur l’homme pour obtenir une réponse directe et claire lors de ses nombreux points de presse et entrevues dans les médias.  

Si le président a enfin reconnu la gravité de la situation, il lui arrive encore trop souvent de prendre des libertés quant aux faits et à la vérité. Les yeux constamment rivés sur les sondages et les indices boursiers, il donne trop souvent l’impression de chercher des boucs émissaires. S’il s’en prend habituellement à la Chine, aux médias ou aux démocrates, il lui arrive aussi de provoquer les gouverneurs des États en leur relayant plusieurs patates chaudes.  

Il y a peu, Hogan n’a pas hésité à ramener le président à l’ordre. Donald Trump prétendait à la fin de la semaine dernière que tous les gouverneurs disposaient maintenant de tests de dépistage de la COVID-19 en quantité suffisante et qu’il leur suffisait d’en faire la demande. Hogan est intervenu rapidement dans les médias pour dénoncer le message du président et préciser que le nombre et la disponibilité des tests constituaient toujours un problème épineux.  

Larry Hogan ne ménage aucune susceptibilité et va jusqu’à dénoncer la «fiction» qui se déroule à Washington. La portée de son message est telle que l’entourage du président l’a contacté pour lui rappeler un certain nombre de réalités. Ébranlé par cette démarche le gouverneur du Maryland? Pas le moins du monde et il maintient le cap!  

Si Hogan n’hésite pas à dénoncer et à s’exprimer dans les médias, il est bien conscient de la nécessité d’une coopération entre le pouvoir à Washington et celui des gouverneurs des 50 états américains. Des observateurs soulignent d’ailleurs son calme et affirment que sa présence est rassurante pour les citoyens de son État. Ils sont convaincus que leur gouverneur leur dit la vérité, qu’il ne cherche pas à embellir inutilement le portrait et que ses décisions seront appuyées par les recommandations des experts en santé publique.  

Larry Hogan se moque publiquement de ses faibles connaissances médicales, mais il consulte (il est entouré d’experts) et ses qualités personnelles en font un meneur tout indiqué. Particulièrement combatif, il embrasse avec enthousiasme son rôle pendant la crise. Là où on sent un certain inconfort chez d’autres hommes ou femmes politiques, Hogan démontre qu’il est prêt à relever le défi et qu’il sait gérer la pression.  

Si j’ai décidé de vous présenter Hogan aujourd’hui, c’est que je suis habituellement très dur envers le leadership erratique de Donald Trump. Plusieurs lecteurs en sont arrivés à la conclusion que je favorisais systématiquement les démocrates aux républicains.  

Je ne vote pas aux États-Unis et je m’intéresse depuis toujours à l’évolution deux formations politiques. J’aime tout particulièrement analyser et comparer leurs approches. Donald Trump n’est pas un républicain et il nuit considérablement à l’image d’une formation politique qui a produit de grands meneurs.   

Je préfère nettement vous parler d’un politicien républicain comme Hogan parce qu’il ne nie pas la réalité ou la science. Ses solutions peuvent être diamétralement opposées à celle de ses adversaires démocrates, mais au moins son analyse repose sur des faits. Il y a donc place davantage à un véritable débat plutôt qu’à une lutte contre des théories du complot ou aux élucubrations d’un personnel politique peu qualifié et opportuniste.  

Je vous laisse ici un lien pour un bon topo que le Washington Post réserve aujourd’hui à Larry Hogan.