/sports/hockey
Navigation

Nico Hischier: «un sentiment bizarre» avec les Devils

Nico Hischier
Photo AFP Nico Hischier

Coup d'oeil sur cet article

Nico Hischier est rentré en Suisse, où il se plie au confinement au domicile de ses parents dans le canton de Valais, près de la frontière italienne.

• À lire aussi: Marco Rossi: «Il est plus avancé que Nico Hischier au même âge» – André Tourigny

Étant donné la sévérité de la pandémie de COVID-19 au New Jersey, et particulièrement dans la région new-yorkaise, les Devils ont permis aux Européens de rentrer chez eux, autorisation dont s’est prévalu le talentueux attaquant, premier choix au total en 2017.

«Tous les joueurs européens de l’équipe sont rentrés dans leur pays, a-t-il raconté au quotidien "Le Matin", vendredi. J’ai choisi de revenir chez moi il y a deux semaines.

«Je m’entraîne (à la maison), même si je n’ai pas vraiment les équipements pour le faire. Je me débrouille, je vais faire du jogging pour me tenir en forme. Le fait de ne pas pouvoir s’entraîner sur la glace pose bien sûr problème, mais on n’a pas d’autre choix pour le moment.»

Avant que la saison soit mise en pause, les Devils (28-29-12) affichaient le troisième pire rendement de l’Association de l’Est avec 68 points, trois victoires devant les Sénateurs d’Ottawa.

Si c’était laborieux sur le plan collectif, Hischier admet que sa propre production n’était pas à la hauteur de ses attentes.

«Sur le plan personnel, ma saison jusque-là a été OK, sans plus, admet celui qui a récolté 14 buts et 36 points en 58 matchs. J’ai des attentes très élevées envers moi-même et j’espère encore améliorer la qualité de mon tir et ma force physique au cours des prochains mois.»

Une saison pourtant prometteuse s’est transformée en catastrophe dans le New Jersey. La venue de P.K. Subban par le biais d’une transaction, l’arrivée du jeune Jack Hughes et la prise de Wayne Simmonds sur le marché des joueurs autonomes n’ont pas permis au jardin de fleurir.

«Un sentiment bizarre»

Au contraire, les insuccès de l’organisation ont mené au départ de l’attaquant Taylor Hall, puis au congédiement de l’entraîneur-chef John Hynes ainsi que du directeur général Ray Shero.

«Trois personnes importantes ont quitté le club en peu de temps, c’était bien sûr un sentiment bizarre et une situation difficile, se souvient Hischier. Mais voilà, c’est le côté "business", comme on dit.»

Et alors que beaucoup d’incertitude plane, l’ancien des Mooseheads de Halifax attend avec impatience la chance de repartir à neuf. Bien entendu, personne ne sait quand l’action reprendra, que ce soit un saut directement en éliminatoires ou pour le début du calendrier 2020-2021.

«Il y a eu beaucoup de spéculations, explique Hischier. La situation est exceptionnelle et il faut donc s’attendre à des solutions qui pourraient l’être tout autant. Pour ma part, tout ce que je peux faire est de me maintenir en forme en attendant la reprise.»