/world/europe
Navigation

COVID-19 : Boris Johnson admis aux soins intensifs

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | La détérioration de la santé du premier ministre britannique Boris Johnson, qui s'est retrouvé aux soins intensifs lundi en raison de la COVID-19, rappelle de façon spectaculaire que les conseils des autorités sanitaires s'appliquent à tout le monde. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19  

• À lire aussi: Boris Johnson, atteint de la maladie Covid-19, hospitalisé pour des examens  

Il y a un mois, le 3 mars, le premier ministre Johnson se vantait ouvertement de faire fi des conseils de distanciation sociale. «Je me trouvais à un hôpital, l'un de ces soirs, et je crois qu'il y avait quelques patients atteints du coronavirus et j'ai serré les mains de tout le monde. [...] Je continue à serrer des mains», avait-il déclaré lors d'une conférence de presse. 

M. Johnson et son ministre de la Santé, Matt Hancok – lui aussi infecté par le coronavirus – estimaient tous les deux que continuer à serrer des mains était acceptable, tant qu'ils les lavaient plus souvent. 

Boris Johnson, 55 ans, se retrouve maintenant aux soins intensifs, lui qui a reçu un diagnostic positif à la COVID-19 le 27 mars. Il était entré à l'hôpital dimanche, le jour même où la reine Élisabeth II a prononcé une allocution chargée d'espoir à l'adresse de ses concitoyens et de tous les membres du Commonwealth. 

Cette nouvelle est arrivée alors que le Royaume-Uni se retrouve en pleine crise du coronavirus, avec plus de 50 000 cas et plus de 5300 morts à ce jour. Or, M. Johnson a justement été accusé par une partie de la population de tarder à réagir face à la crise, notamment en gardant les écoles ouvertes bien plus longtemps que dans d'autres pays européens, en maintenant des grands évènements à grand déploiement et en blaguant couramment sur la COVID-19. 

Depuis, l'exécutif a décrété un confinement général d'au moins trois semaines le 23 mars, bâti en catastrophe des hôpitaux de campagne pour soulager un système de santé débordé, promis de décupler les tests qui manquent cruellement et débloqué des sommes gigantesques pour répondre au marasme économique et social. 

Seul chef d'État ou de gouvernement d'une grande puissance à avoir été contaminé, le dirigeant sera remplacé par son chef de la diplomatie, Dominic Raab, qui s'est engagé à poursuivre la lutte contre le virus.  

Après avoir été diagnostiqué positif à la COVID-19, M. Johnson s'était efforcé de continuer à mener la riposte à cette crise historique depuis sa quarantaine à Downing Street, donnant de ses nouvelles par des vidéos sur Twitter où il apparaissait marqué. Mais ses symptômes persistant, notamment la fièvre, il avait été hospitalisé dimanche soir, officiellement pour des examens. 

«Au cours de l'après-midi, l'état de santé du premier ministre s'est détérioré et, sur le conseil de son équipe médicale, il a été transféré au service des soins intensifs de l'hôpital», a indiqué son porte-parole dans la soirée.  

«Le premier ministre a demandé au ministre des Affaires étrangères Dominic Raab [...] de le remplacer là où nécessaire», a-t-il ajouté dans un communiqué. Ce dernier l'avait déjà remplacé ce lundi pour présider la réunion quotidienne consacrée à la COVID-19.  

Selon une source gouvernementale qui s'est confiée à l'AFP, Boris Johnson reste «conscient» et son transfert, intervenu vers 19 h, heure locale, a été décidé «par précaution au cas où il aurait besoin d'un respirateur».  

Sur la BBC, Dominic Raab a assuré que le dirigeant était «entre de bonnes mains» et que le gouvernement veillerait à mettre en oeuvre ses «instructions» afin de «vaincre le coronavirus». 

Quelques heures à peine avant l'annonce de son admission en soins intensifs, le chef de la diplomatie avait assuré que Boris Johnson avait passé une «nuit tranquille» à l'hôpital St Thomas, dans le centre de Londres, et qu'il restait «en observation».  

«Son moral est bon» et «il continue à diriger le gouvernement», avait-il assuré durant la conférence de presse quotidienne de l'exécutif, pressé de questions sur la capacité du premier ministre à exercer ses fonctions malgré la maladie.  

«Très triste nouvelle» 

Rapidement, les messages de soutien au premier ministre se sont multipliés de l'étranger, le président français Emmanuel Macron lui souhaitant de «surmonter cette épreuve rapidement», et dans son pays au-delà des clivages politiques.  

«Très triste nouvelle. Toutes les pensées du pays sont avec le premier ministre et sa famille», a tweeté le nouveau chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer.  

La première ministre nationaliste écossaise Nicola Sturgeon, qui se déchire avec Boris Johnson sur son souhait d'indépendance pour l'Écosse, lui a souhaité «un prompt rétablissement». 

Le quotidien de gauche «The Guardian» affirmait lundi que «Johnson était plus gravement malade que lui ou ses fonctionnaires n'étaient prêts à l'admettre».  

Certains commentateurs jugeaient que le chef du gouvernement aurait dû se reposer. 

Sa fiancée Carrie Symonds, enceinte, avait indiqué samedi sur Twitter avoir aussi souffert de symptômes de la maladie, mais être en voie de guérison.