/qubradio
Navigation

COVID-19: «les chances qu’il y ait une deuxième vague sont élevées», selon Gaétan Barrette

L'ancien ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette
Photo d'archives, Simon Clark L'ancien ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Afin d’éviter une deuxième vague de coronavirus au Québec à l’automne, le Dr Gaétan Barrette affirme qu’il faudrait, d’ici là, découvrir un vaccin contre la COVID-19, ce qui est très peu probable.  

• À lire aussi: Ottawa compte élargir la Prestation canadienne d’urgence  

• À lire aussi: COVID-19: Québec planifie déjà la réouverture de certains commerces  

«Après l’été, la question qui vient, c’est: “Y a-t-il une deuxième vague?” Les chances qu’il y ait une deuxième vague sont élevées [...] et les chances qu’on ait un vaccin à l’automne sont très faibles», a expliqué le député de La Pinière et ex-ministre de la Santé et des services sociaux sur QUB radio, lundi.  

Questionné par l’animateur Richard Martineau à savoir si le pire sera «derrière nous» à la mi-mai, M. Barrette a répliqué que le pic de la pandémie au Québec sera durant «la deuxième, la troisième semaine d’avril» et que «nous serons dans la pente descendante le 4 mai». Il a ajouté être certain que ça ne sera «pas terminé» pour autant.    

  • ÉCOUTEZ l’entrevue de Gaétan Barrette, sur QUB radio:   

«Ça s’est vu dans le monde, ceux qui ont relâché leurs mesures, ça repart en peur. Quand on dit que ça repart en peur, ce n’est pas ça retombe à zéro et ça remonte. Ça repart où nous sommes rendus, donc très haut, et ça monte encore plus.»  

L’ex-ministre de la Santé et des Services sociaux a mentionné qu’on ne pourra «pas relâcher les mesures» tant que nous ne serons «pas rendus en bas de la pente descendante».  

Selon le Dr Barrette, le gouvernement de François Legault devrait emprunter «le chemin à l’envers» lors de la réouverture progressive du Québec, soit en commençant par «rouvrir les entreprises».  

«C’est quoi la première affaire qu’il a faite? Ça va être la dernière affaire qu’il va défaire. Les écoles. on ne retournera pas à l’école. L’affaire la plus dure qu’il a faite, c’est fermer les entreprises. Bien, il va rouvrir les entreprises, un petit peu, progressivement en premier.»  

«Attendons-nous pas à avoir des bars ouverts la première semaine de mai, ça n’arrivera pas. C’est hyper important de continuer les mesures dans cette période-là pour ne pas mettre de l’huile sur le feu», a-t-il laissé tomber.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.