/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Gardien happé au Walmart: dur coup pour la famille, le suspect accusé

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Nacime Kouddar a formellement été accusé lundi après-midi en lien avec l'agression d'un agent de sécurité au Walmart des Galeries Quatre-Saisons de Sherbrooke, samedi après-midi. 

• À lire aussi: Le suspect sera formellement accusé aujourd'hui  

• À lire aussi: Accusé d’avoir frappé un agent de sécurité  

L'individu de 25 ans domicilié à Mascouche est accusé de négligence criminelle causant des lésions corporelles, de voies de fait armées, de voies de fait graves et de délit de fuite. 

Samedi, en fin de journée, mécontent de s'être fait refuser l'accès au commerce avec sa conjointe parce qu'il ne voulait pas respecter les mesures de distanciation, Nacime Kouddar aurait volontairement foncé sur le gardien de sécurité Philippe Jean avec son véhicule, pour le traîner sur plusieurs dizaines de mètres. La victime a subi une grave blessure en étant projetée au sol par le véhicule en mouvement. 

L'un des frères de M. Jean, Guillaume, est allé nettoyer lundi matin le sang qui s’est écoulé du crâne de celui-ci samedi au moment du drame. 

Guillaume Jean a expliqué que lui et un autre de ses frères devaient aller chercher Philippe, samedi, après son quart de travail, mais le mal était déjà fait quand ils sont arrivés. Ils sont plutôt tombés sur des policiers et une scène de crime. 

Les trois frères – ils sont sept enfants chez les Jean – travaillent dans la construction. Philippe Jean, 35 ans, s'était trouvé la semaine dernière un emploi d'agent de sécurité pour subvenir aux besoins de sa petite famille, lui qui est père de cinq jeunes enfants. Il 

aidait ses frères la nuit à installer des panneaux de plexiglas servant à protéger les caissières et caissiers des épiceries et pharmacies. 

Guillaume Jean accuse durement le coup. «C’est l'incompréhension, la gratuité du geste. Les agents de sécurité, les caissières se font insulter dans ce moment de crise où l’on essaie de se soutenir tout le monde. Il y a une minorité de citoyens qui a besoin de se faire placer par la majorité», a mentionné M. Jean à TVA Nouvelles. 

«Un geste comme ça, si ça arrive encore, ça va être la fermeture de toutes les épiceries. Un geste comme ça peut envoyer un message à ceux qui manquent de patience et leur dire d’avoir plus de respect pour ceux qui font ce travail-là», a-t-il ajouté. 

Gravement blessé à la tête, Philippe Jean a été plongé dans un coma artificiel à l’hôpital. «Quand il a entendu la voix de sa femme, il a semblé réagir, vouloir se réveiller. Mais les médecins doivent le laisser dormir pour que son cerveau désenfle», a raconté Guillaume Jean. 

Générosité des Québécois 

Une collecte de fonds a été mise sur pied par l’agent de sécurité Aurélien Hallade afin d’aider Philippe Jean, sa femme et ses cinq enfants. Plus de 120 000 $ avaient été amassés en début de soirée, lundi. 

«C’est un baume incompréhensible, c’est là qu’on voit les vrais Québécois. C’est ça notre société, des gens qui se soucient les uns des autres. Les Québécois répondent de façon généreuse», a dit M. Jean, ému. 

Fort dans l’adversité, il se montre toutefois réaliste quant à l’état de santé de son frère. «On ne se le cachera pas, je ne sais pas comment mon frère va s’en sortir. Son épouse a besoin d’être là pour leurs cinq enfants. Les écoles sont fermées, les enfants sont à la maison, la vie doit continuer», a-t-il soufflé. 

Au cours de l’entrevue, Guillaume Jean a eu un mot à l’attention du public. «Merci à tous les Québécois pour vos dons, c’est une aide inestimable». 

Campagne de sociofinancement  

Il y a des histoires qui vont droit au cœur des gens et qui créent des mouvements de solidarité incroyables. 

Celle de Philippe Jean est de celle-là. 

Quand Aurélien Hallade, lui-même agent de sécurité, a appris la triste histoire de M. Jean, il n’a fait ni un ni deux, il a mis sur pied une campagne de sociofinancement afin de ramasser des sous pour la famille éprouvée. 

«Je ne le connais pas du tout, mais on s’est dit que ça serait une bonne idée de faire quelque chose. Ça aurait pu m’arriver à moi ou à mes collègues», dit M. Hallade. 

Dans son élan du coeur, Aurélien Hallade avait comme objectif de ramasser 2000 $. Il n’en revient pas de la générosité du public. 

«C’est exceptionnel. Les agents de sécurité se sont mobilisés, mais à partir du moment où le public s’en est mêlé et je ne m’y attendais vraiment pas, ça a explosé. Hier [dimanche] à 19h, on était à 15 000 $», fait-il savoir. 

«On reçoit des sommes astronomiques de familles, j’ai même reçu des sommes d’Europe», détaille M. Hallade. 

L’agent de sécurité assure que tout l’argent sera remis à la famille de la victime. «Je suis en contact avec le frère de Philippe et son employeur. Je vais apporter la preuve que l’argent sera remis à la famille», affirme-t-il. 

Si vous voulez aider la famille de Philippe Jean, c'est ici.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.