/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Elle survit à quatre cancers avant de mourir de la COVID-19

La nonagénaire était en CHSLD depuis un mois lors de sa contamination

survivante cancer covid-19
Photo courtoisie Antonietta Grande était entourée en juillet 2017 de ses quatre petites-filles, du marié (à gauche), de son fils Dino (à droite) et de sa bru Joan, lors du mariage d’Emma­­­ Grande et Patrick Smith.

Coup d'oeil sur cet article

Une femme de 93 ans ayant vaincu quatre cancers au cours de sa vie a succombé vendredi dernier à la COVID-19, un mois après son emménagement dans un CHSLD de Montréal. 

« Si elle n’était pas allée en CHSLD, elle aurait sûrement eu des visites d’infirmières à la maison, et aurait quand même été à risque. Mais elle n’aurait fort probablement pas contracté le virus », ne peut s’empêcher de penser son fils Dino Grande, 63 ans. 

Sa mère, Antionnetta Grande, a rendu l’âme à 93 ans, vendredi, au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, à Montréal. Au total, 14 résidents y ont déjà perdu la vie à cause de la COVID-19. 

Cette femme d’origine italienne est venue s’installer ici en 1953, à 26 ans, pour commencer une meilleure vie. 

Mais à la fin des années 1960, un cancer du col de l’utérus l’a frappée. En 1976, c’est son côlon qui a été atteint. La maladie l’a laissée souffler quelques décennies, avant de réapparaître à deux reprises, au cours de la dernière dizaine. 

Antonietta Grande avec son arrière-petit-fils, Olivier.
Photo courtoisie
Antonietta Grande avec son arrière-petit-fils, Olivier.

Une battante 

L’ancienne couturière commerciale était, sans surprise, décrite comme « une battante » par ses proches. 

« Elle était toujours très agréable, aimait passer du temps à l’extérieur et avec ses amis », se remémore son fils unique. 

Puis, le 26 janvier, tout a basculé pour elle après être tombée, dans un moment de faiblesse. La veuve vivait alors toujours seule, dans sa demeure. 

Durant son hospitalisation à l’Hôpital Jean-Talon, pour s’assurer qu’elle n’avait aucun membre de fracturé, la nonagénaire a développé un excès de fluide sur les poumons, une pneumonie et l’influenza, énumère M. Grande. 

« Quand elle a guéri, elle n’était pas capable de se déplacer par elle-même, car elle avait été un mois dans un lit d’hôpital », explique-t-il. 

Mme grande a donc été transférée dans l’établissement de réadaptation Notre-Dame-de-la-Merci, à la fin février. 

Et le 25 mars, son fils a appris qu’elle était fiévreuse, affaiblie et désorientée. On redoutait qu’elle ait la COVID-19. 

« Tout ce qu’ils ont pu » 

« Je lui ai parlé pour la dernière fois la veille. Elle était correcte », se souvient Dino Grande. 

Le surlendemain, ses résultats sont revenus positifs. Elle était déjà inconsciente. 

« Ils m’ont promis de m’appeler tous les jours. Ils l’ont fait jusqu’à vendredi, pour m’annoncer son décès en matinée, poursuit celui qui vit désormais au Texas. Ils ont fait tout ce qu’ils ont pu. Ce sont des circonstances difficiles pour tous à travers le monde. » 


Le CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci comptait toujours 41 cas positifs de coronavirus confirmés et actifs, en date de lundi.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.