/sports/tennis
Navigation

COVID-19: Bianca Andreescu a «l’impression d’être dans un film»

La sixième meilleure joueuse de tennis au monde vit le confinement depuis le sous-sol chez ses parents

TENNIS-US-OPEN
Photo d’archives, AFP Bianca Andreescu se rapprochait d’un retour au jeu quand la pause forcée liée à la pandémie de la COVID-19 a été décrétée.

Coup d'oeil sur cet article

Bianca Andreescu a l’impression de vivre dans un film. Confinée dans le sous-sol de ses parents, dans la région de Toronto, la sixième meilleure joueuse de tennis au monde tente tant bien que mal de maintenir la forme même si les conditions sont loin d’être idéales.  

«Je suis maussade en ce moment à propos de tout ce qui se passe», a-t-elle mentionné lundi lors d’une séance de questions-réponses avec les amateurs sur la page Instagram de Tennis Canada. «Ça me rend triste et j’ai l’impression d’être dans un film. On ne sait pas quand ça va finir ni comment traiter la maladie. C’est irréel. J’essaie d’utiliser ce temps pour être le plus productive possible», témoigne-t-elle.  

Andreescu s’approchait d’un retour au jeu après avoir raté plusieurs mois d’activité en raison d’une blessure à l’épaule qui l’avait forcée de se retirer du tournoi d’Indian Wells avant que ce dernier soit annulé en raison de la pandémie.  

Selon ses dires, elle serait revenue au jeu éminemment, probablement pour le tournoi suivant à Miami.  

ENTRAÎNEMENT MAISON  

Donc pour l’instant, elle tente de garder la forme comme elle peut en s’entraînant «une heure et demie par jour parce que c’est tout ce que je peux faire», avec l’équipement dont elle dispose chez elle.  

Elle n’a toutefois pas frappé de balles depuis l’arrêt forcé, sauf dans son garage où elle pratique majoritairement ses volées en raison, évidemment, de l’espace restreint.  

«C’est difficile de dire comment je vais puisque je n’ai pas joué beaucoup récemment. Je pense que je prends du mieux. J’étais prête à jouer quand tout a été annulé.»  

UNE NOUVELLE PASSION  

Puisque le tennis accapare presque la majorité de son temps, et ce, depuis plusieurs années, Andreescu se retrouve maintenant dans une situation peu habituelle : elle a du temps pour penser à autre chose qu’à son sport.  

«J’ai beaucoup appris sur moi-même. J’ai même commencé à faire de la musique, ce que je n’aurais jamais pensé faire. Ce temps m’a permis de m’asseoir et de me demander ce que j’aime faire d’autre que le tennis. Je lis beaucoup aussi et je recommande à tout le monde de se choisir un livre et de commencer à lire. Ça fait du bien, puisqu’on est toujours sur nos cellulaires.»  

La jeune vedette a aussi tenu à lancer un message à tous ceux qui osent encore défier les règles décrétées par les différents gouvernements.  

«Ce qui se passe en ce moment n’est pas une blague. Le virus se propage tellement rapidement. Si on veut que ça se termine, il faut suivre les règles. Je veux que l’été arrive parce que j’ai des plans. Alors, écoutons les règles!», a-t-elle mentionné.