/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

4500 couturières se mobilisent pour fournir du matériel médical

Elles fourniront des masques en tissu et des uniformes au personnel d’hôpitaux et de centres médicaux

Couturières pop
Photo courtoisie, Coop Couturières Pop Camille Goyette-Gingras, Annie Dupont et Raphaëlle Bouthillette-Proulx coordonnent le projet de la Coopérative Couturières Pop avec Geneviève Caron, absente de la photo.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un véritable effort de guerre, une armée de plus de 4500 couturières professionnelles s’est mobilisée en quelques jours à travers le Québec pour fabriquer des masques et des uniformes médicaux.  

• À lire aussi: Un vendeur d’autos devient concierge à l’hôpital de Joliette  

• À lire aussi: Ils font aussi leur effort de guerre  

Lorsque la Coopérative Couturières Pop a lancé son appel à l’aide le 20 mars, jamais la cofondatrice Camille Goyette-Gingras n’aurait pensé avoir une telle réponse.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Camille Goyette-Gingras sur QUB radio:  

«On espérait avoir 250 volontaires. En 72 heures, on était déjà rendu à 1000, et maintenant je ne regarde plus la liste, ça m’angoisse ! On est rendu à plus de 4500 couturières professionnelles qui ont levé la main.»    

Ces couturières ne sont pas les seules à vouloir mettre la main à la pâte. Le Journal a recueilli plusieurs témoignages de Québécois qui ont décidé de s’impliquer. 

Déjà, 150 000 masques de procédure en tissu lavable sont en voie d’être terminés. Tout le personnel médical devra les porter pour empêcher de projeter des gouttelettes dans l’exercice de leurs fonctions. Des uniformes, communément appelés scrubs, s’ajouteront rapidement à la production.    

« À titre de comparaison, [la compagnie] Bauer produit 1000 masques par jour. Avec notre équipe, on a été en mesure d’en fournir 650 dès la première journée », affirme Mme Goyette-Gingras.

Annie Dupont, co-fondatrice de la Coopérative Couturières Pop.
Photo Courtoisie / Coopérative couturières pop
Annie Dupont, co-fondatrice de la Coopérative Couturières Pop.

La majorité à la maison  

Les quatre responsables du projet, Annie Dupont, Raphaëlle Bouthillette-Proulx, Geneviève Caron et Mme Goyette-Gingras---, s’occupent de coordonner le travail des couturières et de les approvisionner en matériel. Des cellules de production sont en fonction à Québec et à Montréal, et d’autres devraient voir le jour en Mauricie et en Outaouais rapidement.   

« La plupart sont chacune chez elle avec leur machine à coudre, d’autres dans des ateliers de trois à cinq personnes. Des entreprises nous prêtent des ateliers, en respectant les critères de distanciation. Ainsi leurs employées peuvent travailler au lieu d’être en chômage ! » explique Mme Goyette-Gingras.   

Julie Sauriol fait partie des 4500 couturières qui confectionnent des masques et des uniformes pour le personnel médical.
Photo courtoisie, Coopérative couturières pop
Julie Sauriol fait partie des 4500 couturières qui confectionnent des masques et des uniformes pour le personnel médical.

Travail rémunéré  

Toutes les couturières participantes sont payées. Si des profits venaient à être engendrés, tout serait réinvesti dans la coopérative.   

«On doit compétitionner avec l’Asie, et ses masques à 4 sous. Ça serait bien étonnant [de faire des profits]», nuance Mme Goyette-Gingras. Environ 200 personnes bénévoles contribuent à titre de coursiers, ou pour accomplir des tâches simples, comme de couper des élastiques.   

«Service de coupe 3P a rouvert ses ateliers pour nous couper des morceaux de tissus. L’usine de MSB Prestige a aussi reparti ses machines pour nous tricoter 10,5 kilomètres d’élastiques», raconte Geneviève Caron, responsable de l’équipe de production.   

La Coopérative couturières pop a recruté 4500 couturières qui participeront à l'effort de guerre en confectionnant des masques et scrubs pour le personnel médical. Cyrille Brin-Delisle en fait partie.
Photo Courtoisie / Coopérative couturières pop
La Coopérative couturières pop a recruté 4500 couturières qui participeront à l'effort de guerre en confectionnant des masques et scrubs pour le personnel médical. Cyrille Brin-Delisle en fait partie.

Pas de pénurie  

Le tissu est fourni par Matériel Ubitex, et pour le moment, pas de pénurie en vue.    

«Il a une pénurie pour le polypropylène, mais on utilise du polycoton et de ce côté, ça va. On est en mesure de produire tant qu’il y aura un besoin», affirme Mme Goyette-Gingras, qui espère revaloriser les compétences des couturières, ces travailleuses de l’ombre.   

Thomas Baron.
Photo Courtoisie / Coopérative couturières pop
Thomas Baron.

Une première livraison de masques et d’uniformes parviendra vendredi au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine et à un centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) qui en a fait la commande.   

Les équipements sont faits selon les directives des établissements et les normes du ministère de la Santé. Trois autres CISSS ont manifesté leur intérêt.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.