/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Baisse marquée de l’achalandage à Sainte-Justine

Baisse marquée de l’achalandage à Sainte-Justine
Photo d'archives, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Devant une diminution importante de l’achalandage à l’urgence de l’hôpital Sainte-Justine, un pédiatre rappelle aux parents de ne pas hésiter à consulter si leurs enfants nécessitent une attention médicale, quelle qu’elle soit.

Depuis le début du confinement, on constate environ 50 % moins d’hospitalisations qu’en temps normal dans cette institution montréalaise spécialisée.

Bien que cette baisse puisse être attribuable en partie à la chute du nombre de blessures sportives, de traumas induits par des accidents de la route ou de la fermeture des écoles et des garderies, où plusieurs petits virus se répandent habituellement, il est possible que la crainte d’attraper le coronavirus incite des familles ayant des enfants malades à demeurer à la maison.

« Certains symptômes peuvent indiquer le début d’une maladie plus grave. Il ne faut pas que les parents attendent trop longtemps par peur [de venir à l’hôpital et] d’attraper la COVID-19 et que cela ait des conséquences qu’on aurait pu éviter en amont », insiste le Dr Jean Turgeon.

Le responsable des unités d’hospitalisation en pédiatrie du CHU Sainte-Justine veut rassurer les familles quant aux mesures sanitaires « jamais vues » mises en place au sein de l’établissement. 

Tout est repensé

« Les mesures préventives sont repensées quotidiennement. Tout l’hôpital est redésigné pour détecter rapidement les cas de COVID-19 et les mesures d’isolement sont extrêmes », précise-t-il.

De plus, toute personne qui entre à Sainte-Justine doit se laver les mains et l’ensemble du personnel porte un masque lors de ses rencontres avec des patients.

Pour les jeunes qui sont déjà suivis par des professionnels de Sainte-Justine, la télémédecine est devenue la méthode privilégiée par les médecins pour garder le contact avec leurs patients.

S’il convient que la crainte d’attraper le coronavirus en sortant de chez soi est bien présente, le Dr Turgeon tient à souligner que la pandémie affecte très peu les enfants.

« Sur le plan épidémiologique mondial, les chiffres sont rassurants pour la population pédiatrique », mentionne-t-il.

Ce qui importe d’abord et avant tout pour le pédiatre, c’est que la peur ne supplante pas les préoccupations médicales.

« On ne veut surtout pas que les enfants restent à la maison avec des conditions qui risquent de les mettre en danger », conclut le Dr Turgeon.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.