/finance/business
Navigation

COVID-19: Matelas Dauphin contribue à l'effort de guerre

L’entreprise a modifié sa production pour donner un coup de pouce au réseau de la santé

Réal et Steven Thériault, de Matelas Dauphin, se réjouissent de faire leur part dans la lutte à la COVID-19. L’entreprise a reçu plusieurs commandes pour des matelas d’hôpitaux.
Photo courtoisie Réal et Steven Thériault, de Matelas Dauphin, se réjouissent de faire leur part dans la lutte à la COVID-19. L’entreprise a reçu plusieurs commandes pour des matelas d’hôpitaux.

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise Matelas Dauphin a été appelée au front par le gouvernement afin de fournir des matelas pour les hôpitaux désignés pour la lutte à la COVID-19. Un peu plus de 1000 matelas ont quitté l’usine de la Rive-Sud de Québec depuis le début de la crise et la production se poursuit.  

Réal et Steven Thériault ont du pain sur la planche depuis trois semaines. Croyant initialement devoir fermer leur usine de Lévis en raison de la fermeture des commerces, le duo père-fils s’est plutôt retrouvé à modifier leur production pour donner un coup de pouce au réseau de la santé.  

«Les matelas d’hôpital, ce n’est pas notre production à la base, mais on a été capable de se revirer de bord assez rapidement», explique Steven Thériault, directeur des opérations chez Matelas Dauphin.  

400 matelas par semaine  

Heureusement que les ajustements ont pu être rapides, parce que les commandes, elles, sont au rendez-vous.  

Plus de 1000 unités ont déjà été fabriquées et les commandes continuent d’entrer, que ce soit par le ministère de la Santé ou par des directions de CIUSSS directement. Encore hier, une commande pour 300 matelas a été confirmée.  

«On a la capacité pour faire environ 400 matelas par semaine actuellement», souligne M. Thériault.  

En fait, la grande question qui demeure pour Matelas Dauphin, c’est quelle sera la demande exacte de Québec. Parce que plusieurs de ses fournisseurs en matière première dépendent uniquement de ces contrats et ont bien hâte de savoir s’ils poursuivent leurs activités ou non.  

«On a tous le même questionnement et pour l’instant il n’y a pas de réponse. Il faut être capable de planifier les semaines qui s’en viennent, les fournisseurs ont besoin de savoir s’ils auront de l’ouvrage pour continuer», précise Steven Thériault.  

Le quart des employés au travail  

Pour Matelas Dauphin, les commandes actuelles du réseau de la Santé ont permis de garder environ 25 personnes au travail, ce qui représente le quart de la main d’œuvres de l’entreprise.  

«On a du mettre à pied 75 personnes environ. C’est sur que 25% de l’effectif au travail c’est peu, mais dans le contexte, on prend ce qui passe», admet Steven Thériault.  

«Ce mandat-là est un peu venu mettre un plaster sur la plaie», ajoute son père Réal, qui a fondé l’entreprise.  

Et même s’ils ne savent pas quand ils pourront reprendre la production habituelle et rouvrir leurs 22 points de vente partout en province, les deux hommes d’affaires gardent le moral parce qu’on trouve toujours du bon dans chaque épreuve.  

«Il faut voir ça du bon côté. Pendant que le monde reste enfermé à la maison, on se dit qu’ils usent leur matelas pas mal plus vite», lance en riant Réal Thériault, bien confiant que les affaires reprendront.