/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: des imprimantes 3D arrivent en renfort

Elles pourraient servir pour des pièces de respirateurs

imprimante 3D
Photo Isinnova, collaborateur de Protolab Québec Ci-haut, l’automatisation d’un ventilateur manuel réalisé par ProtolabQuébec, grâce à des pièces imprimées 3D.

Coup d'oeil sur cet article

Une équipe de Québec travaille sans relâche sur deux prototypes de respirateurs artificiels fabriqués avec des imprimantes 3D. Si les hospitalisations explosent dans certaines régions en raison de la pandémie de la COVID-19, ces machines pourraient sauver des vies.  

Grâce à des pièces fabriquées avec une imprimante 3D, le collectif est sur le point de transformer des masques de plongée du détaillant Décathlon en machines d’assistance respiratoire. Un prototype du genre est déjà utilisé en Italie pour sauver des vies. Le masque couvre le visage et permet aussi de réduire la contamination du virus.    

L’autre prototype vise à automatiser un respirateur manuel. Pour y arriver, ils ont besoin de pièces fabriquées avec une imprimante 3D.      

«L’idée est d’arriver avec le kit le moins cher possible et de le fabriquer entièrement au Québec», explique Jacopo Profili, chercheur au laboratoire de bio-ingénierie au Centre hospitalier universitaire de Québec.    

Ces respirateurs seraient utiles si le réseau de la santé venait à manquer de respirateurs comme en Italie.     

«Je vais être honnête avec vous, j’espère que ça restera un projet, parce que si on se met à fabriquer ça, c’est que nous serons en position de crise totale.»    

Québec compte actuellement 3000 ventilateurs. Notre Bureau d’enquête révélait samedi que le réseau en a commandé 1200 supplémentaires et espère les recevoir rapidement pour pallier leurs besoins. Or, la situation sur l’île de Montréal préoccupe particulièrement M. Profili.     

Un masque de plongée modifié.
Photo courtoisie Isinnova, collaborateur de Protolab Québec
Un masque de plongée modifié.

Plusieurs partenaires  

Pour développer les prototypes, le physicien mise sur son partenaire ProtoLab Québec, affilié à La Centrale – Espace entrepreneurial – Université Laval. Des experts de l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec et un chercheur de l’ÉTS collaborent aussi au projet.     

«Ce que l’on fait, c’est pour donner un coup de main. Pas pour faire de l’argent», précise Jacopo Profili.     

La recherche et le développement seront offerts gratuitement sur internet, en code source ouvert, afin de permettre à tous les chercheurs à travers le monde d’y avoir accès.     

«On veut trouver une solution à Québec pour le Québec. On a besoin de trouver un réseau de producteurs d’ici pouvant imprimer notre projet en cas d’utilisation», indique M. Profili.    

Il lance d’ailleurs un appel à tous ceux qui ont des imprimantes 3D.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.