/24m/chronicle
Navigation

Pitié, Valérie Plante ! Pas les parcs !

GEN-COVID-19
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les parcs bondés de Montréalais insouciants ramassés comme si l’épidémie n’avait pas lieu, c’est comme les fantômes et les soucoupes volantes. Beaucoup de gens jurent qu’ils en ont vu, mais on en voit peu de preuves! 

Au lendemain de la conférence de presse où la mairesse de Montréal Valérie Plante n’a pas exclu de fermer nos parcs si l’indiscipline sanitaire y prévalait, un collègue s’est lancé à la recherche de ces contrevenants... sans en trouver. 

Un pauvre caméraman de Radio-Canada a quant à lui passé deux ou trois jours au parc La Fontaine à attendre Godot. Il guettait d’éventuels cas à filmer pour son employeur : rien. 

Samedi dernier à la faveur du beau temps, j’ai à mon tour parcouru les parcs Saint-Clément, Lalancette, Préfontaine et de Maisonneuve à la recherche du saint Graal — ma quête fut vaine : aucun attroupement. 

Pourtant, le moulin de l’indignation s’est de nouveau emballé sur les réseaux sociaux contre ces foules de gens collés les uns aux autres sous le soleil dans les parcs... C’est un mythe auquel apparemment certains ont envie de croire (tout comme les esprits et les ovnis). 

Éparpillement 

Dans les parcs samedi dernier, il y avait beaucoup de monde. Mais disons que ça faisait de gros efforts pour se tenir loin les uns des autres. Le gazon inondé (avec ici et là quelques canards) compliquait les choses en limitant l’espace praticable disponible aux sentiers et aux voies cyclables. Ça s’arrangera en séchant : l’éparpillement sera facilité.  

Juste au parc de Maisonneuve, j’ai dénombré pas moins de huit policiers à vélos ; sans doute y en avait-il davantage. À force de patrouiller, ils ont probablement trouvé matière à sévir ici et là.  

Vigies 

En prévision des jours au-delà des 20 degrés, Mme Plante, pourquoi ne pas embaucher des « vigies » parmi la légion de chômeurs forcés ? Ceux-ci pourraient sillonner les lieux publics et répéter la consigne des deux mètres à quiconque tendrait à la respecter trop minimalement ? Vous ne manquerez pas de candidatures : la « pénurie de main-d’œuvre » est terminée... 

À force de voir les slogans « Restez chez vous » et « Ça va bien aller » avec l’arc-en-ciel, nous oublions notre voisin Gérard. Appelons-le comme ça. Gérard vit seul sans Internet dans une pièce plus petite que certains garde-robes au sein d’une maison de chambres. Pour lui, le confinement est un emprisonnement, ça va déjà mal merci et ça risque d’être encore pire demain... surtout si on lui ôte son parc. Alors, pitié, Valérie Plante ! Pas les parcs !