/news/currentevents
Navigation

Avocat pris en cible à cause de son travail?

La thèse de représailles à une cause judiciaire étudiée

TENTATIVE MEURTRE
Photo d’archives Des policiers se sont rendus devant la résidence de l’avocat Nicholas Daudelin, à Mont-Saint-Hilaire, sur la Rive-Sud. Il a été atteint d’une balle à la jambe, le 26 mars.

Coup d'oeil sur cet article

L’avocat blessé par balle dans sa résidence de Mont-Saint-Hilaire, le 26 mars, pourrait avoir été la cible de représailles parce qu’il représente des institutions financières qui réclament des millions de dollars à un homme d’affaires de Joliette.

• À lire aussi: Un avocat est atteint par balle à Mont-Saint-Hilaire

C’est du moins l’une des hypothèses sérieusement scrutées par la Sûreté du Québec pour expliquer le mobile de cette tentative de meurtre sur l’avocat Nicholas Daudelin, selon ce que Le Journal a appris de plusieurs sources au fait du dossier.

Me Daudelin, qui se spécialise dans le droit civil et commercial, est l’un des procureurs mandatés pour représenter Desjardins et la Banque Nationale dans un litige qui les oppose à un important promoteur immobilier de la région de Joliette, dans Lanaudière, Jean-François Malo.

10 millions $ en jeu

Les deux institutions financières allèguent devant les tribunaux que cet homme d’affaires, certains de ses proches et des entreprises auxquelles il est lié auraient illégalement détourné jusqu’à 10 millions $ au moyen de stratagèmes frauduleux.

Les demanderesses prétendent dans leurs poursuites que M. Malo aurait tiré profit de plusieurs affaires de chèques sans provision et de faillites douteuses.

Le Journal avait d’ailleurs révélé les détails du litige dans son édition du 5 mars.

Tiré à travers la porte

Le 26 mars, vers 19 h, deux hommes noirs, que la police soupçonne être liés aux gangs de rue, ont sonné à la porte de la résidence de Me Daudelin, sur la Rive-Sud.

Le procureur du cabinet LCM Avocats a refusé de leur ouvrir et leur a demandé de quitter les lieux. L’un des suspects a alors tiré à travers la porte, atteignant la victime à une jambe, selon nos informations.

Or, six jours avant cette tentative de meurtre, la Cour d’appel du Québec avait rendu une décision favorable à Desjardins et à la Banque Nationale pour une requête intérimaire dans le litige les opposant au promoteur Malo.


Questionné par Le Journal, l’inspecteur-chef Guy Lapointe n’a pas voulu confirmer ni commenter nos informations. Mais il a précisé que l’enquête de la Sûreté du Québec « progresse à un bon rythme » et que l’avocat Daudelin n’a rien à se reprocher dans cette affaire.