/finance
Navigation

COVID-19: les microbrasseries veulent une «puff» d’air

Maxime H. Bergeron, copropriétaire de Brasserie générale, affirme que la nouvelle cuvée de la bière Horacio sera prête d’ici trois à quatre semaines, soit juste à temps pour célébrer la fin du confinement.
Courtoisie Maxime H. Bergeron, copropriétaire de Brasserie générale, affirme que la nouvelle cuvée de la bière Horacio sera prête d’ici trois à quatre semaines, soit juste à temps pour célébrer la fin du confinement.

Coup d'oeil sur cet article

Les microbrasseries demandent au gouvernement du Québec d’abolir la taxe spécifique sur les boissons alcooliques afin de protéger leur industrie, qui traverse une grave crise depuis le début de la pandémie.  

• À lire aussi: Le Festival d'été de Québec 2020 officiellement annulé: «C’est surréel», s'exclame Louis Bellavance  

• À lire aussi: COVID-19: les aînés québécois confinés plus longtemps  

«C’est très difficile pour tout le monde. Nous avons une industrie qui est très jeune. Soixante pour cent des microbrasseries ont moins de cinq ans. C’est sûr que cela amène une certaine fragilité qui n’est pas évidente au niveau des liquidités et de la structure financière», a expliqué Marie-Ève Myrand, directrice générale de l’Association des microbrasseries du Québec (AMBQ), qui réunit 180 membres.   

Les activités des microbrasseries font partie des services essentiels reconnus par le gouvernement. Toutefois, les moyens pour rejoindre les consommateurs sont plus limités en ce temps de pandémie.   

Selon un sondage publié par la Brewers Association, 46% des répondants ont déclaré que leur entreprise ne survivrait pas plus de trois mois sans un soutien gouvernemental rapide.   

Sans se lancer dans les comparaisons, l’AMBQ reconnaît que l’industrie pourrait perdre des acteurs en cours de route.   

«Chaque entreprise a son modèle d’affaires. Ça dépend combien de temps cela va durer. On souhaite qu’il y en ait le moins possible», a-t-elle ajouté.   

Comme les autres PME, les microbrasseries qui ont besoin de liquidités sont admissibles à l’Aide d’urgence de 150 M$ annoncée par le gouvernement du Québec.   

Une aide adaptée  

Toutefois, l’industrie a également besoin de mesures adaptées à sa réalité. L’AMBQ demande au gouvernement un assouplissement temporaire pour permettre aux microbrasseries de livrer leurs bières directement aux consommateurs, pas uniquement lorsqu’elles sont accompagnées d'un repas. Toutefois, le gouvernement dit ne pas être prêt à cette modification réglementaire.    

Dans le même ordre d’idées, l’AMBQ interpelle le gouvernement pour que soit abolie la taxe spécifique sur les boissons alcooliques, qui est fixée à 0,63$ le litre pour la bière.   

«On demande au gouvernement une petite puff d’air. On demande de reporter le paiement de cette taxe pour permettre d’avoir les liquidités nécessaires pour passer à travers. On est en discussions. On ne lâche pas, mais, à date, on n’a pas eu de son de cloche favorable», a indiqué Mme Myrand.   

À la Brasserie INOX, sur la Grande Allée, à Québec, toutes les activités sont arrêtées.   

«On est en train de penser à un concept de snack-bar qui permettrait de vendre de la bière en take-out», a confié Jean Lampron, associé de l’établissement.   

Bière Horacio  

D’autres acteurs, comme la Brasserie Générale, ont été rapides en offrant, avec la livraison de repas, la possibilité de commander de la bière timbrée, dont la bière Horacio. La microbrasserie a aussi mis sur pied une boutique en ligne qui permet aux clients de passer chercher leur bière au service à l’auto.   

Selon Maxime H. Bergeron, copropriétaire, ces nouveautés ne permettent pas de compenser la perte du chiffre d’affaires, mais elles aident à garder le moral.   

«On a une pensée pour nos employés qui sont sur le chômage. Au moins, ça nous permet de continuer les activités et de réduire les dommages», a affirmé M. Bergeron.   

Parlant de la bière dont le nom est un hommage au Dr Horacio Arruda, une nouvelle cuvée sera prête à temps pour la fin du confinement.   

Après avoir brassé une première fois 320 litres, la microbrasserie va brasser 2000 litres de cette porter à 7,5% d’alcool. Pour chaque canette vendue, 0,25$ sont remis à la Fondation du CHU de Québec.