/finance/stockx
Navigation

Wall Street termine dans le vert, rassurée par les annonces de la Fed

Coup d'oeil sur cet article

La Bourse de New York a conclu en hausse jeudi une semaine écourtée sur les marchés, les investisseurs accueillant positivement de nouvelles mesures de la Réserve fédérale pour soutenir l’économie américaine. 

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a progressé de 1,22 %, à 23 719,37 points. 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,77 %, à 8 153,58 points. 

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s’est apprécié de 1,45 %, à 2 789,82 points. 

Sur l’ensemble de la semaine, le Dow Jones a grimpé de 11,3 %, le Nasdaq de 10,6 % et le S&P 500 de 12,1 %, ce dernier connaissant sa plus forte progression hebdomadaire depuis 1974. 

Plusieurs analystes appelaient toutefois à la prudence dans un marché qui reste fragile et soumis à de vifs mouvements dans un sens comme dans l’autre, au gré des développements de la pandémie de coronavirus. 

« Il n’y a aucune raison de croire que la volatilité va se dissiper », avertit ainsi JJ Kinahan de TD Ameritade. 

« Le sentiment des marchés peut changer d’une semaine à l’autre », rappelle l’expert. 

Au chevet de l’économie américaine depuis le début de la crise du coronavirus, la Banque centrale des États-Unis a annoncé jeudi 2 300 milliards de dollars de nouveaux prêts, destinés particulièrement aux entreprises et aux collectivités locales frappées par la pandémie. 

Lors d’une intervention vidéo pour la Brookings Institution à Washington, le patron de la Fed, Jerome Powell, s’est voulu rassurant, affirmant qu’il y avait de grandes chances pour que la reprise économique soit solide aux États-Unis, malgré le choc du coronavirus. 

Les nouvelles mesures de la Fed ont rassuré les marchés et limité l’impact de la flambée du nombre de nouveaux demandeurs d’allocations chômage aux États-Unis. 

Quelque 6,6 millions de nouvelles inscriptions hebdomadaires ont en effet été enregistrées, un chiffre qui reste exceptionnellement élevé pour la troisième semaine de suite, selon les données publiées jeudi par le département du Travail. 

« Les mesures de relance annoncées par la Fed ont pesé plus lourd que le rapport sur les allocations chômage », résume M. Kinahan. 

Comme la plupart des places financières américaines, Wall Street sera fermé vendredi à l’occasion des fêtes de Pâques et rouvrira lundi matin. 

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en baisse, s’établissant à 0,719 1 % vers 20H25 GMT contre 0,772 2 % la veille à la clôture.